Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés pénalisés par le pétrole

le
0

(AOF) - Les marchés européens sont restés à la traîne, pénalisés par la baisse des cours du pétrole. Les investisseurs doutent du potentiel de rebond de l'or noir alors que le gel de la production de la part des principaux producteurs est loin d'être acquis. Autre mauvaise nouvelle, le secteur bancaire a été malmené, pénalisé par Citi qui a dégradé sa recommandation sur le secteur d'Achat à Neutre ce matin. L'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,9% à 4 245,91 points et l'EuroStoxx a perdu 0,61% à 2 871,57 points. En repli depuis l'ouverture, le Dow Jones baisse de 0,79% vers 17h45.

On ne peut pas encore parler d'"effet Rowe", du nom du nouveau PDG de Marks & Spencer en place depuis le début de la semaine, mais le fait est que sa première présentation financière est bien reçue. Le titre du distributeur a progressé en effet de 3% à 433 pence alors que le groupe s'est de nouveau montré optimiste quant au redressement de la marge brute de son activité de vente non-alimentaire. Cette dernière est attendue en hausse de 240 à 250 points de base sur l'ensemble de l'exercice clos fin mars.

Pour une fois, le sujet de l'endettement de Numericable-SFR ne met pas le feu au cours de l'action. Cette dernière a progressé de 0,29% à 29,335 euros, évoluant dans le peloton de tête du SBF 120, alors que l'opérateur télécoms a plus que doublé sa levée de fonds par émission obligataire. Initialement annoncée à 2,25 milliards de dollars, cette dernière a fait l'objet d'une forte demande et s'est finalement élevée à 5,19 milliards d'euros.

DBV Technologies a reculé de 0,24% à 62,25 euros après la publication de résultats 2015 conformes aux attentes des analystes. Le groupe spécialisé dans le traitement des allergies a creusé sa perte nette en raison de la forte hausse des dépenses de R&D et des frais généraux. La société de biotechnologie a vu sa perte nette s'élever à 44,7 millions d'euros contre une perte de 24 millions au titre de 2014. Les produits opérationnels ont augmenté de 29,5% à 6,2 millions tandis que la trésorerie s'est établie à 324,4 millions contre 114,6 millions un an plus tôt.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le déficit commercial de la France s'est creusé à 5,18 milliards d'euros en février. Il était de 3,91 milliards en janvier (chiffre révisé de 3,71 milliards). Les importations ont progressé de 2,8% tandis que les exportations ont reculé de 0,2%.

267 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis, un chiffre légèrement inférieur au consensus Reuters de 270 000. Elles s'étaient élevées à 276 000 la semaine précédente.

A 17h45, l'euro recule à 1,1389 dollar

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant