Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés grimpent encore malgré la Banque d'Angleterre, les banques et Wall Street en soutien

le
0

(AOF) - S'ils ont été assommés pendant quelques minutes par le statu quo décidé par la Banque d'Angleterre en début d'après-midi, l'ouverture solide de Wall Street grâce à de bonnes statistiques a permis aux marchés européens de repartir de l'avant après leur pause d'hier. La tendance a aussi été soutenue par la bonne orientation des banques européennes, grâce à la perspective de mesures de renforcement d'Unicredit et aux trimestriels solides de JPMorgan. Le CAC 40 a gagné 1,16% à 4 385,52 pts dans des volumes peu fournis, jour férié oblige, et l'Eurostoxx a repris 1,26% à 2 963,07 pts.

Le dénouement approche pour Ahold et Delhaize, engagés depuis juin 2015 dans une fusion. Les deux distributeurs espèrent en effet finaliser l'opération d'ici la fin du mois mais sont toujours dans l'attente du feu vert de la FTC américaine. Pour l'obtenir, ils ont annoncé ce matin la conclusion d'accords avec des distributeurs américains en vue de la cession de 86 magasins qu'ils détiennent aux Etats-Unis. Tous ces accords d'achat sont soumis à l'approbation de la FTC et à l'autorisation et à la clôture formelle par la FTC de la fusion entre Delhaize et Ahold.

Quelle semaine pour ArcelorMittal ! Alors que le titre du sidérurgiste a gagné encore 2,48% à 5,159 euros aujourd'hui, il bondit de plus de 18% sur les cinq derniers jours, retrouvant son niveau du 20 avril. Ces derniers jours, ArcelorMittal a été soutenu par une conjonction de nouvelles particulièrement favorables, la dernière en date étant le lancement d'une procédure des Etats-Unis contre la Chine à l'OMC dans le dossier des "droits à l'exportation" de neuf matières premières.

Après avoir passé une semaine à brasser des milliards de dollars et des dizaines d'avions pour remplir leur carnet de commandes, Airbus et Boeing ont tiré aujourd'hui le bilan du salon britannique de Farnborough. Et le match a tourné à l'avantage de l'avionneur européen, qui a engrangé 35 milliards de dollars de promesses d'achats, portant sur 279 appareils, lors du show. De son côté, son rival américain a fait état de promesses d'achats (commandes fermes et engagements) portant sur 182 appareils pour une valeur de 26,8 milliards de dollars.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En maintenant son principal taux d'intérêt à 0,5%, la Banque d'Angleterre a pris de court les économistes qui attendaient majoritairement une baisse de 0,25 point au moins. Faute de données macroéconomiques disponibles pour juger précisément de l'impact du Brexit sur l'économie britannique, les gouverneurs ont donc préféré temporiser. Cependant, la BoE indique clairement que des mesures d'assouplissement monétaire pourraient être prises en août, lors de la prochaine réunion de politique monétaire.

Les prix à la production aux Etats-Unis ont progressé de 0,5% en juin après avoir augmenté de 0,4% en mai. Le consensus Reuters était de +0,3%.

254 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis, comme la semaine précédente. Le consensus Reuters était de 265 000.

A la clôture, l'euro cote 1,1111 dollar en légère hausse de 0,17%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant