Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés à l'équilibre après une séance particulièrement indécise

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont terminé en ordre dispersé mais sans s'éloigner de leur cours de clôture d'hier. Les investisseurs ont recherché toute la journée des catalyseurs, ou au contraire des raisons de s'inquiéter, pour donner une tendance ferme aux indices. Faute d'indicateurs macro d'importance, ces tentatives ont avorté mais ont fait vivre aux marchés une succession de hauts et de bas. Le secteur pétrolier a bien réussi à progresser mais sans entrainer l'ensemble de la cote. Le CAC 40 a gagné 0,05% à 4 567,6 pts et l'EuroStoxx 0,03% à 3 213,91pts. Le Dax perd 0,16% à 10 481,23 pts.

Altice (+0,33% à 12,14 euros) a poursuivi son rebond depuis son plus bas annuel atteint le 14 décembre à 10 euros. Le titre a été recherché alors que le groupe a finalisé l'acquisition de 70% des actions de Suddenlink, comme annoncé le 20 mai dernier. Avec la prise de contrôle du septième cable-opérateur américain, le groupe met un premier pied aux Etats-Unis, accompagné dans son aventure par BC Partners et CPP Investment Board qui détiennent 30% de Suddenlink.

GTT a enfin repris quelques couleurs à la Bourse de Paris, s'adjugeant 2,12% à 37,565 euros. Le titre du spécialiste des techniques de confinement et de stockage du GNL (gaz naturel liquéfié) a perdu plus de 13% au cours des deux dernières séances pour se retrouver à un plus bas de plus de 10 ans à 36,78 euros à la clôture hier. En plus de bénéficier de rachats à bon compte, GTT est parvenu à rassurer les investisseurs en confirmant ses objectifs 2015 et 2016, tels qu'ils avaient été présentés lors de la publication du chiffre d"affaires à neuf mois mi-octobre.

Crédit Agricole (+2,41% à 10,625 euros) a signe la deuxième plus forte hausse du CAC 40, suivie de peu par Natixis qui s'est adjugé 1,85% à 5,133 euros. Les deux groupes bancaires ont surperformé le marché parisien après avoir publié leurs ratios de solvabilité, dans les deux cas supérieurs aux exigences de la BCE. Du côté de la banque verte, le ratio CET1 consolidé minimum de 13,3% au 30 septembre 2015 revendiqué par Groupe Crédit Agricole est bien suffisant alors que l'institution européenne demandait 9,75% à partir du 1er janvier 2016.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'indice GfK de la confiance du consommateur allemand est ressorti à 9,4 points pour janvier contre 9,3 pour décembre. Le consensus était une stabilité à ce niveau.

Aux Etats-Unis, en novembre, les reventes de logements ont plongé de 11% après avoir reculé de 3,4% en octobre, à 4,76 millions de transactions en rythme annuel. Le consensus Reuters attendait une stabilité aux 5,36 millions du mois dernier.

Au troisième trimestre, le PIB américain a progressé de 2%, après +3,9% au deuxième trimestre selon des chiffres définitifs. En deuxième estimation, la croissance avait été annoncée à 2,1%. Le consensus Reuters était de 1,9%.

A la clôture, l'euro cote 1,0967 dollar en hausse de 0,51%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant