Analyse AOF clôture France/Europe - Les indices actions ne résistent pas à la baisse des cours du pétrole

le
0

(AOF) - Les marchés européens n’ont pas réussi à rebondir ce lundi, pénalisés par la baisse des cours du pétrole. Après leur rally de la semaine dernière, les cours du brent et du WTI ont perdu plus de 2% chacun. Les acheteurs ont bien tenté de reprendre la main en fin de journée dans le sillage de Wall Street, soutenu par le secteur de la santé après le rapprochement Pfizer-Medivation, mais sans succès. Après son repli de plus de 2% la semaine dernière, le CAC 40 a cédé 0,24% aujourd’hui à 4 389,94 points. L'EuroStoxx 50 s'est replié de 0,26% à 2 960,37 points et le Dow Jones américain perd 0,24%.

En Europe, Syngenta a bondi de 10,69% à 421,5 francs suisses. Les investisseurs sont rassurés par le feu vert des Etats-Unis au rachat du géant suisse des pesticides et des semences par le chinois ChemChina. Le Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) était en effet chargé de déterminer si cette opération ne menaçait pas la sécurité nationale des Etats-Unis, Syngenta y réalisant environ un quart de son chiffre d'affaires. Cet avis était la dernière échéance importante en vue du rachat.

Teleperformance a dominé largement le marché parisien après l'annonce de l'acquisition de LanguageLine Solutions auprès du fonds d’investissement privé Abry Partners et d’actionnaires minoritaires. Le titre du gestionnaire de centres d'appels a gagné 8,95% à 89,82 euros, au plus haut historique. Teleperformance a donc déboursé 1,5 milliard de dollars pour mettre la main sur ce spécialiste des solutions d’interprétariat par téléphone et par visiophone présent dans les secteurs de la santé, des assurances, des services financiers, des télécoms et dans le secteur public.

Carrefour (+2,74% à 22,53 euros) est resté accroché à la première place du CAC 40 grâce au relèvement d'opinion du bureau d'études Bernstein. Les analystes sont passés de Performance de marché à Surperformance et ont augmenté leur objectif de cours d'un euro, à 25,50 euros, sur le distributeur. Bernstein constate surtout que la valorisation de Carrefour est très basse et qu'il faut remonter à plus de dix ans pour retrouver ce niveau. Le titre fait donc l'objet d'un désaveu clair de la part des investisseurs mais le broker juge que la sanction va trop loin compte tenu des perspectives du groupe.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Aucune statistique n'est attendue.

A la clôture, l'euro cote 1,1318 dollar en repli de 0,15%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant