Analyse AOF clôture France/Europe - Les indices actions entre publications d'entreprises et prises de bénéfices

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en ordre dispersé, des publications d'entreprises globalement favorables n'ayant pas empêché quelques prises de bénéfices. Dans ce contexte, la décision de la Banque centrale européenne de maintenir inchangés ses taux d'intérêt et sa politique d'assouplissement monétaire n'a pas vraiment influencé les investisseurs. L'actualité des entreprises a été aussi très fournie : Pernod Ricard a été sanctionné après ses trimestriels, Schneider Electric recherché. Le CAC 40 a reculé de 0,57% à 4 565,79 points et l’EuroStoxx a perdu 0,23% à 3 135,67 points.

En Europe, Ericsson a payé cher en Bourse une nouvelle déconvenue au niveau de ses résultats. L’action du numéro un mondial des équipements télécoms a flanché de 11,1% à 68,45 couronnes suédoises et entraîné avec lui Nokia (-1,65% à 5,365 euros). Le patron du groupe suédois l’a reconnu lui-même : la croissance et la rentabilité du groupe n’ont pas été à la hauteur de ses ambitions au cours des dernières années. Ces mauvais résultats ont donc poussé Ericsson à annoncer une accélération de sa restructuration.

Mais où s'arrêtera le titre Darty ? En hausse de 22,81% à 161,5 pence, il a été soutenu par la bataille entre Conforama et Fnac qui cherchent tous deux à racheter l'enseigne spécialisée. Les investisseurs jouent aussi le jeu de la surenchère puisque la dernière offre en date, déposée par Conforama, valorise Darty 860 millions de livres sterling, soit 160 pence par action. L'enseigne d'ameublement détient également 19,5% du capital de Darty. Avec sa dernière proposition, Conforama a repris la main dans la bataille boursière qui l'a opposé à la Fnac toute la journée.

Schneider Electric (+4,66% à 59,1 euros) a dominé le CAC 40 après avoir publié des ventes trimestrielles supérieures aux attentes. Sur les trois premiers mois de l'exercice, le spécialiste de la gestion de l'énergie et des automatismes a enregistré une croissance organique de son chiffre d'affaires de 0,1% (-3,7% en données publiées) à 5,77 milliards d'euros. Le consensus des analystes était une baisse de 0,9%. Schneider Electric a fait mieux que prévu sur tous ses segments d'activité, à commencer par la construction.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le climat des affaires s'est stabilisé en avril. L'indice de l'Insee qui le synthétise est resté à 101, un point au-dessus de son niveau de long terme (100). Le climat gagne deux points dans l’industrie et le bâtiment, tandis qu’il perd un point dans les services et deux points dans le commerce de détail. Par rapport à sa première estimation, l’indicateur de climat des affaires dans l’industrie et en France en mars 2016 a été rehaussé d’un point. Cette révision résulte de l’intégration de réponses tardives d'entreprises.

Aux Etats-Unis, l'indice des indicateurs avancés du Conference Board est ressorti en hausse de 0,2% en mars. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,4% après -0,1% en février.

L'indice d'activité manufacturière de la Fed de Philadelphie (indice Philly Fed) s'est établi à -1,6 en avril alors que les économistes l'attendaient à 9,9 après 12,4 en mars.

247 000 nouvelles inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis contre 253 000 la semaine précédente. Le consensus était de 263 000.

A la clôture, l'euro s'effrite de 0,05% à 1,1295 euro.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant