Analyse AOF clôture France/Europe - Le pétrole fait oublier les bons résultats et pénalise les marchés en fin de séance

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont nettement réduit leurs gains en fin de séance, clôturant proches de l'équilibre, après l'ouverture dans le rouge de Wall Street et le retournement à la baisse des cours du pétrole. Ces derniers ont été pénalisés par l'annonce d'une hausse surprise des stocks de carburant aux Etats-Unis. Cette évolution est intervenue alors que des résultats d'entreprises favorables - Air France-KLM, d'AccorHotels ou encore de Capgemini - avaient permis aux indices de résister. Le CAC 40 a gagné 0,15% à 4 239,76 points et l'EuroStoxx a reculé de 0,09% à 2 895,15 points.

Les résultats 2015 de Nestlé comme ses perspectives laissent les investisseurs sur leur faim. A Zurich, le titre du numéro un mondial de l'agroalimentaire a perdu 3,71% à 71,35 francs suisses. Le menu proposé par le groupe est, il est vrai, guère alléchant. L'an dernier, le propriétaire des marques Nescafé et KitKat a dégagé un bénéfice net de 9,1 milliards de francs suisses alors que le consensus Reuters le donnait à 9,98 milliards.

Le ciel s’éclaircit pour Air France-KLM. Soutenu par des résultats annuels supérieurs aux attentes, le titre du groupe franco-néerlandais a bondi de 10,66% à 8,242 euros pour signer la troisième plus forte hausse du SBF120. En 2015, la compagnie aérienne a renoué avec les profits pour la première fois depuis 2010 grâce à ses efforts de réduction des coûts et à la chute des cours du pétrole. Le résultat net s'est établi à 118 millions d'euros après une perte nette de 225 millions en 2014. Le bénéfice d'exploitation est ressorti à 816 millions contre une perte de 129 millions un an plus tôt.

TF1 (-6,91% à 9,275 euros) a signé la plus forte baisse du SBF 120 après avoir annoncé un dividende en baisse de 46% à 80 cents. Ce dernier comprendra, comme en 2014, une partie extraordinaire, d'un montant de 52 cents, à la suite de la cession définitive de sa filiale Eurosport International. Kepler Cheuvreux s'attendait à un dividende exceptionnel d'un euro. L'annonce d'un programme de rachat d'actions de 30 millions d'euros, également divisé par deux par rapport aux 60 millions de 2014, n'a pas non plus réjoui les opérateurs.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, en janvier, les prix à la consommation ont baissé de 1% selon l'estimation définitive de l'Insee, confirmant sa précédente annonce. Ils avaient progressé de 0,2% en décembre. Corrigé des variations saisonnières, l'indice se replie de 0,2 % après une stabilité en décembre. Sur un an, il croît de 0,2 %, comme le mois précédent. Le consensus Reuters pour l'évolution annuelle était de +0,4%.

267 000 inscriptions hebdomadaires au chômage ont été enregistrées au cours de la semaine du 13 février, contre un consensus Reuters de 275 000 et 269 000 la semaine précédente.

L’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie est ressorti à -2,8 en février contre -3,5 en janvier et un consensus Reuters de -3.

A la clôture, l'euro est en baisse de 0,31% à 1,1093 dollar

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant