Analyse AOF clôture France/Europe - Le mois de juin débute mal

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont débuté le mois de juin dans la morosité. Après trois mois de hausse, période marquée notamment par le gain de 3,5% du CAC 40, les investisseurs semblent ressentir le besoin de souffler. Dans ce climat de prudence, les indicateurs économiques européens du jour n’ont pas été de nature à rassurer. La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro est ainsi restée faible le mois dernier, au plus bas depuis trois mois. Le CAC 40 a cédé 0,74% à 4 472,44 points tandis que l’Euro Stoxx 50 a abandonné 1% à 3 032,84 points.

Au chapitre des valeurs européennes, Ahold (+2,39% à 20,385 euros), au plus haut depuis plus d'un mois, est recherché à la bourse d'Amsterdam après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le distributeur néerlandais, dont la fusion avec le belge Delhaize devrait être finalisée d'ici mi-2016, a vu son bénéfice net progresser de 13,1% à 241 millions d'euros au premier trimestre et son bénéfice opérationnel augmenter de 14,5% à 396 millions.

A Paris, bioMérieux (+0,89% à 118,40 euros) a échappé à la morosité ambiante alors que le risque d'une class action dans la maladie de Lyme semble s'éloigner. Plus de trois jours après l'annonce de cette menace, aucune plainte n'a été déposée contre le groupe français. D'après CM-CIC Securities, il semblerait que les 150 patients ayant rejoint l'action collective ciblent plutôt les protocoles de prise en charge causant les retards de diagnostic plutôt que le test de bioMérieux. A cet égard, le groupe a d'ailleurs démenti l'inefficacité de son test. Les investisseurs accueillent par ailleurs favorablement l'acquisition de la société allemande Hyglos pour un montant de 24 millions d'euros. L'objectif du groupe français est clairement l'acquisition de savoir-faire dans le domaine du contrôle microbiologique à destination des industriels du secteur pharmaceutique et des dispositifs médicaux.

De son côté, Eutelsat (-4,02% à 17,20 euros) a enregistré l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120 sous l'influence négative de la dégradation de recommandation de Barclays de Pondération en ligne à Sous-pondérer. L'objectif passe, lui, de 22 euros à 15 euros. Dans cette note intitulée " trop de problèmes ", le bureau d'études explique anticiper désormais une évolution des ventes de l'opérateur de satellites entre -0,5% et 0%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La conjoncture continue de se détériorer dans l'industrie manufacturière française, comme en témoigne l'indice PMI manufacturier qui s'établit à 48,4 en mai contre 48,3 en première estimation. Bien qu'il se redresse légèrement par rapport au 48 d'avril, il signale un recul de l'activité manufacturière française pour le troisième mois consécutif.

La conjoncture s'améliore légèrement dans l'industrie manufacturière allemande, comme en témoigne l'Indice PMI manufacturier qui s'établit à 52,1 en mai contre 52,4 en première estimation et 51,8 en avril.

A 51,5, l’indice PMI final Markit de l'activité manufacturière de l’Eurozone se replie à un plus bas de 3 mois en mai, restant conforme à sa dernière estimation flash et affichant son deuxième plus faible niveau depuis février 2015.

En mai, l'indice ISM Manufacturier aux Etats-Unis est ressorti à 51,3 contre un consensus de 50,4 après 50,8 en avril.

En avril, les dépenses de construction aux Etats-Unis ont baissé de 1,8% alors que les économistes tablaient sur une hausse de 0,6%. En mars, les dépenses avait augmenté de 0,3%.

En mai, l'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) manufacturier aux Etats-Unis est ressorti à 50,7 contre un consensus de 49,6. En avril, l'indice était de 49,2.

Enfin, à 20h00, la Fed publiera son livre beige sur l'état de l'économie américaine.

A 17h45 l'euro cote 1,1168 dollar en hausse de 0,36%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant