Analyse AOF clôture France/Europe - Le luxe et le tourisme font plier le CAC 40

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont mis un terme à six séances consécutives de hausse, l’attentat de Nice pénalisant les secteurs du tourisme, du transport et du luxe. Le bilan de la semaine reste pour autant largement positif. Les principales données économiques du jour, essentiellement américaines, ont été reléguées au second plan et se sont avérées contrastées. L’indice CAC 40 a clôturé en repli de 0,3% à 4 372,51 points, ramenant ses gains depuis le début de la semaine à 4,34%. L’EuroStoxx a, lui, cédé 0,15% à 2 958,65 points, mais affiche une hausse hebdomadaire de 4,25%.

En Europe, le plongeon de 7,67% à 267,30 francs suisses de Swatch Group est à la hauteur de son profit warning. Frappé de plein fouet par la baisse de ses ventes à Hong Kong et en Europe, le premier groupe horloger mondial, avec ses marques Omega et Longines notamment, prévoit un chiffre d'affaires semestriel en repli de 12% et un résultat opérationnel en chute de 50% à 60%. Le chiffre d'affaires devrait ressortir à 3,689 milliards de francs suisses et le résultat opérationnel à 342,5 millions, des montants largement inférieurs au consensus qui tablait sur respectivement 3,917 milliards et 558 millions.

A Paris, AccorHotels a cédé 3,04% à 37,425 euros, accusant la plus forte baisse du CAC 40. Le géant français de l'hôtellerie est pénalisé par l'attentat d'hier sur la Promenade des Anglais à Nice. Les investisseurs s'inquiètent de l'impact sur le secteur du tourisme français et européen, déjà affecté par les attentats de Paris et Bruxelles. En Bourse, le titre Europcar a perdu 3,63% suivi d'Air France-KLM -1,6%.

La mythologie mésopotamienne compte sept vents mauvais. Avec l'attentat de Nice, ils sont au complet pour s'abattre sur un secteur du luxe pénalisé depuis environ deux ans par la chute ininterrompue des ventes à Hong Kong, les mesures anti-corruption prises par les autorités de Pékin, la récession de l'économie russe, la contraction des dépenses des émirs du Moyen-Orient, la baisse de la consommation en Europe et depuis peu, le Brexit. A la Bourse de Paris, les investisseurs s'en sont donc allés : Hermès a cédé 0,91%, LVMH 0,71% et Kering 0,87%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La zone euro a enregistré en mai 2016 un excédent de 24,6 milliards d’euros de son commerce international de biens avec le reste du monde, contre +18,3 milliards d’euros en mai 2015. Le consensus Reuters s'élevait à 23 milliards d'euros.

Le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 0,1% en juin 2016, contre -0,1% en mai, a annoncé Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne. Les prix à la consommation ont augmenté de 0,2% en juin par rapport à mai. Ces chiffres sont conformes aux attentes. L’inflation est nulle en rythme annuel dans l’Union européenne contre -0,1% en mai. Le taux mensuel en juin est de 0,1%.

L'indice de confiance des consommateurs mesuré par l'Université du Michigan s'est établi en première estimation à 89,5 en juillet. Les économistes tablaient sur 93,5, comme en juin.

La production industrielle a progressé de 0,6% en juin contre un consensus de 0,2%. Elle avait reculé de 0,3% en mai, chiffre révisé de -0,4%. Le taux d'utilisation des capacités de production s'est établi à 75,4% en juin. Les économistes tablaient sur 75% après 74,9% en mai.

Les prix à la consommation ont progressé de 0,2% en juin, contre un consensus de +0,3% après +0,2% en mai. Hors pétrole, les prix ont augmenté de 0,2%, conformément aux attentes. Ils avaient également progressé de 0,2% en mai.

L'indice Empire State, qui mesure l'activité manufacturière de la région de New York, s'est établi à 0,55 en juillet. Les économistes tablaient sur 5 après 6 en juin.

Vers 17h30, l'euro perd 0,46% à 1,1070 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant