Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 poursuit sur sa lancée

le
0

(AOF) - Après les fortes variations enregistrées ces derniers jours, le calme est revenu sur les places européennes. Les indices actions ont continué leur remontée, soutenus par l'optimisme prudent des opérateurs quant au résultat du referendum britannique de jeudi, dans des volumes moins fournis que lors des dernières séances (1,46 milliard d’euros contre plus de 3 milliards hier et plus de 5 vendredi). La tendance a également été soutenue par la nette amélioration de la confiance des investisseurs allemands. Le CAC 40 a gagné 0,61% à 4 367,24 pts et l’Eurostoxx s’est adjugé 0,87% à 2 968,4 pts.

En Europe, en annonçant les promotions de ses deux fidèles, Dexter Goei et Michel Combes, au plus haut niveau d'Altice (+0,54% à 14,075 euros), Patrick Drahi se détache de l'opérationnel de son empire des télécoms. Le fondateur et propriétaire de l'empire quitte en effet la présidence de l'opérateur et prend la tête d'un comité nouvellement créé qui déterminera l'agenda stratégique, opérationnel et technologique d'Altice. Il est remplacé par celui qui était jusqu'à aujourd'hui directeur général du groupe, Dexter Goei.

A Paris, le changement dans la continuité. Le nouveau plan stratégique Ambition 2020 dévoilé ce matin par le directeur général adjoint d'Axa, Thomas Buberl, qui succédera début septembre à Henri de Castries à la direction générale de la compagnie, s'inscrit dans la tradition prudente du précédent, Ambition Axa. L'assureur vise une croissance de son résultat opérationnel par action de 3% à 7% par an en moyenne, contre une progression de 7% en moyenne par an entre 2011 et 2015. Les investisseurs ne sanctionnent pas le conservatisme du futur homme fort du groupe : le titre a gagné 1,27% à 20,77 euros.

Bouygues (+1,43% à 27,995 euros) est resté bien arrimé dans le peloton de tête du CAC 40, soutenu par le relèvement de recommandation de Kepler Cheuvreux. Le broker est passé directement de Réduire à Acheter avec un objectif de cours maintenu à 31 euros sur le groupe diversifié. Kepler Cheuvreux veut profiter de la récente baisse du titre, essentiellement due selon lui à la déception causée par l'échec du rapprochement dans les télécoms avec Orange. Cette annonce est tombée après la clôture des marchés le 1er avril, Bouygues cotait alors 35,140 euros. En 11 semaines, le titre a chuté de plus 19%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'indice Zew du sentiment des investisseurs allemands pour le mois de juin est ressorti à 19,2 points après 6,4 en mai. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une dégradation à 4,7.

A la clôture, l'euro cote 1,1262 dollar en baisse de 0,43%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant