Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 pénalisé par les télécoms

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont terminé en repli après deux séances de hausse. Les investisseurs ont joué la prudence dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis demain. A Londres, Tui s'est distingué grâce à des prévisions encourageantes. A Paris, le secteur des télécoms a pâti de l'incapacité d'Orange et Bouygues à trouver un accord en vue de la cession de Bouygues Télécom. Le CAC 40 a terminé en baisse de 1,34% à 4 385,06 points tandis que l'Euro Stoxx 50 a cédé 1,25% à 3 005,9 pts. Au final, le CAC 40 a abandonné 5,43% au premier trimestre et l'Euro Stoxx 50 ; 8,55%.

Au chapitre des valeurs, Tui Group a bondi de 5,16% à 1 081 pence à Londres, soutenu par des perspectives rassurantes. Malgré un environnement économique morose et un contexte géopolitique très difficile, le voyagiste germano-britannique enregistre une hausse de 2% de ses réservations pour l'été avec un prix de vente moyen en hausse de 1%. Cette performance tranche avec celle de son rival Thomas Cook. Le 22 mars dernier, jour des attentats de Bruxelles, le groupe avait annoncé une baisse de 5% de ses réservations estivales, provoquant un repli de 2,8% de son action.

Stéphane Richard, PDG d'Orange, s'est-il montré trop optimiste en indiquant il y a quelques semaines devant des journalistes qu'il comptait trouver un accord sur un rapprochement avec Bouygues avant la fin mars ? A l'issue de leurs conseils d'administration respectifs hier soir, les deux opérateurs ont en tout cas pris acte "que les négociations n’étaient pas suffisamment avancées" pour conclure un deal. Si la perspective d'un rapprochement entre les deux opérateurs n'est pas totalement annihilée, cette prolongation des discussions passe mal auprès des investisseurs. Le titre Bouygues (-3,64% à 35,85 euros) a signé la plus forte baisse du CAC 40, suivi par Orange (-1,25% à 15,395 euros). Hors CAC 40, Iliad a reculé de 2,69% à 226,15 euros et Numericable-SFR a perdu 1,82% à 36,99 euros.

Wendel (+0,14% à 95,66 euros) a enregistré une perte nette, part du groupe, en 2015, la plus-value de 727,5 millions réalisée sur la cession de titres Bureau Veritas n'ayant pas été comptabilisée dans le compte de résultat, mais en capitaux propres conformément à la norme IFRS 10. La société d'investissement a ainsi essuyé une perte nette part du groupe de 146,2 millions d'euros en raison notamment de 235,1 millions de dépréciations contre un bénéfice net de 19,6 millions d'euros en 2014.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Sur un an, les prix à la consommation diminueraient en mars comme le mois précédent (-0,2 %) en France, a annoncé l’Insee. Ce repli s’explique par le recul marqué des prix de l'énergie au cours des derniers mois ainsi que, dans une moindre mesure, de la baisse des prix des produits manufacturés. L’inflation s’élève cependant à +0,7% en mars par rapport à février. L’indice des prix IPCH, qui permet la comparaison avec les autres pays européens, aurait reculé de 0,1% en rythme annuel en mars. Il aurait en revanche augmenté de 0,8% sur un mois.

Les dépenses de consommation des ménages en biens ont augmenté de 0,6 % en février en volume en France après des progressions de 1% en janvier et 1,1 % en décembre 2015, a annoncé l’Insee. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une stabilité de la consommation. Elles dépassent leur précédent plus haut niveau atteint début 2011.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à -0,1% en mars 2016 après - 0,2% en février, selon une estimation rapide publiée par Eurostat. Les économistes tablaient sur -0,1%.

En Allemagne, le nombre de chômeurs est ressorti stable en mars à 2,728 millions en données corrigées des variations saisonnières. Les économistes tablaient sur une baisse de 7 000 chômeurs. Le taux de chômage reste inchangé à 6,2%, au plus bas depuis la réunification. En données brutes, 2,845 millions de chômeurs ont été comptabilisés en mars, un chiffre en baisse de 2,3% sur un mois.

Aux États-Unis, les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close le 26 mars se sont élevées à 276 000 contre un consensus de 265 000. La semaine précédente, elles étaient ressorties à 265 000.

L'indice des directeurs d'achat (PMI) de Chicago est ressorti à 53,6 en mars alors que le consensus Reuters tablait sur un indice de 50. En février, il était de 47,6. L'indice repasse ainsi au-dessus du seuil des 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

Ce soir, l'euro progresse de 0,45% à 1,1385 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant