Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 finit la semaine sur un léger rebond, mais cède 0,67% en 5 jours

le
0

(AOF) - Les Bourses européennes ont mollement rebondi ce vendredi, bénéficiant de la légère consolidation de l’euro (-0,26% à 1,1286 dollar), qui avait atteint jeudi un plus haut depuis octobre en raison d’une Fed plus accommodante que prévu. La poursuite de la hausse des cours du pétrole a été un autre facteur de soutien. A Paris, Fnac a fini en léger repli alors que Darty a accepté la contre-offre de Conforama. L’indice CAC 40 a limité ses pertes sur 5 jours à 0,67% grâce à une hausse aujourd’hui de 0,44% à 4 462,50 points. L’EuroStoxx 50 a gagné 0,55% à 3 059,80 points ce vendredi.

En Europe, Generali (-1,66% à 13,65 euros) affiche la plus forte baisse de l'indice FTSE MIB en raison d'une performance opérationnelle annuelle plus faible que prévu. L'année dernière, l'assureur transalpin a enregistré une progression de 21,6% de son bénéfice net à 2,2 milliards d'euros et de 6,1% de son résultat opérationnel à 4,785 milliards d'euros. Le marché était plus ambitieux pour Generali et visait 4,935 milliards d'euros. Credit Suisse et Société Générale minimisent la portée de cette déception, faisant remarquer qu'elle ne provient pas des divisions Assurance-vie ni Assurance dommage.

La bataille pour Darty est lancée. Le groupe coté à Londres a annoncé qu'il avait accepté l'offre d'achat de Conforama qui le valorise 673 millions de livres sterling, soit 125 pence par action en numéraire. Le titre Darty s'est effrité de 0,57% à 130 pence après cette annonce, signe que les investisseurs misent sur une surenchère. Les termes de l'offre sont en tout cas conformes à ce qui avait été proposé le 2 mars dernier par Steinhoff, maison-mère de Conforama. Le montant proposé par le groupe sud-africain est supérieur de 54,3% au cours de clôture de Darty du 29 septembre 2015. La réaction de la Fnac (-0,54% à 56,97 euros) est désormais attendue.

EDF a bondi de 10,57% à 10,795 euros alors que le scénario d'une augmentation de capital évoqué hier par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron pour contribuer au financement du projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point, en Angleterre, semble s'éloigner. Michel Sapin a en effet assuré ce matin que le gouvernement n'avait pas décidé de la nature de l'aide qu'allait apporter la France à l’électricien public dont il détient 84,9%. Le ministre des Finances a précisé que ce soutien n'aurait aucune incidence sur le déficit public.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Aux Etats-Unis, l'indice de confiance du consommateur mesuré par l'Université du Michigan est ressorti en première estimation à 90 en mars contre un consensus de 92,2. En février, il s'était établi à 91,7.

A la clôture, l'euro perd 0,30% à 1,1271.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant