Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 a rebondi de 3,1% cette semaine

le
0

(AOF) - La perspective d'un renforcement de la politique d’assouplissement quantitatif de la BCE, mais également de la Banque du Japon, ont dopé les Bourses européennes. Ces dernières ont aussi bénéficié du rebond des cours du pétrole, qui est repassé au dessus des 31 dollars. La hausse a été générale et les principales progressions appartenaient à des secteurs variés. Carrefour, LafargeHolcim et Klépierre forment le podium du CAC 40. Le principal indice parisien a progressé de 3,10% à 4 336,69 points tandis que l’EuroStoxx 50 s’est adjugé 2,69% à 3 023,21 points.

En Europe, Philips (-0,09% à 22,66 euros) a été l'une des rares grandes valeurs européennes à ne pas profiter du rebond des marchés après l'annulation de la cession de Lumileds (LED et éclairage automobile). Le groupe d'électronique n'a pas pu obtenir l'accord de la Commission pour l'investissement étranger aux Etats-Unis (CFIUS) pour céder 80,1% de cette activité au consortium GO Scale Capital. Si Philips n'a pas donné les raisons qui ont entraîné ce refus, ce consortium comprend plusieurs groupes chinois, dont le fonds d'investissement GSR Ventures.

A Paris, Eiffage (+6,13% à 60,08 euros) a signé une des plus fortes hausses du SBF 120, profitant des performances supérieures aux attentes de sa filiale autoroutière APRR. Au quatrième trimestre, le trafic enregistré sur les autoroutes opérées par APRR a progressé de 2,9% à plus de 5 millions de kilomètres parcourus. Non seulement cette croissance dépasse les anticipations d'Oddo Securities, qui tablait sur une hausse du trafic de 2,2%, mais elle signale en plus une accélération par rapport à la même période de 2014. A cette date, le trafic total des autoroutes avait progressé de 2,2%. 

Sur la mauvaise pente depuis début décembre (-23%), Compagnie des Alpes (+8,27% à 14,40 euros) remonte la piste à la Bourse de Paris grâce à un premier trimestre meilleur que prévu. Dans un environnement difficile, marqué par le manque de neige et les attentats de Paris, le groupe de tourisme, gestionnaire des principales stations de ski des Alpes (Val d'Isère, Les Arcs, etc.) a dégagé entre début octobre et fin décembre un chiffre d'affaires de 122,2 millions d'euros, en progression de 3,3%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La croissance du secteur privé en zone euro a ralenti en janvier, a annoncé le bureau d'études Markit. L'indice flash des directeurs d'achats Composite, c'est-à-dire prenant en compte les services et l'industrie, a atteint 53,5 contre 54,3 en décembre. Dans le détail, ce même indicateur pour les services est passé de 54,2 à 53,6 entre décembre et janvier. Il est inférieur au consensus Reuters de 54,2. Pour le secteur manufacturier, l'indice flash des directeurs d'achats est tombé à 52,3 en janvier contre 53,2 en décembre et un consensus de 53.

La croissance du secteur privé en France s’est accélérée en janvier, a annoncé le bureau d’études Markit. L’indice flash des directeurs d’achat Composite, c’est-à-dire prenant en compte les services et l’industrie, a atteint 50,5 contre 50,1 en décembre. Dans le détail, ce même indicateur pour les services est passé de 49,8 à 50,6 entre décembre et janvier. Il est supérieur au consensus Reuters de 50,2. Pour le secteur manufacturier, l’indice flash des directeurs d’achat est tombé à 50 en janvier contre 51,4 en décembre et un consensus de 51,3.

La croissance du secteur privé en Allemagne a ralenti en janvier, a annoncé le bureau d’études Markit. L’indice flash des directeurs d’achat Composite, c’est-à-dire prenant en compte les services et l’industrie, a atteint 54,5 contre 55,5 en décembre. Dans le détail, ce même indicateur pour les services est passé de 56 à 55,4 entre décembre et janvier. Il est inférieur au consensus Reuters de 55,6. Pour le secteur manufacturier, l’indice flash des directeurs d’achat est tombé à 52,1 en janvier contre 53,2 en décembre et un consensus de 53.

Aux Etats-Unis, les ventes de logements anciens ont grimpé en décembre pour s'établir à 5,46 millions contre 4,76 millions en novembre. Les économistes tablaient sur 5,12 millions.

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour décembre a reculé de 0,2% contre un consensus de -0,1% en décembre et après + 0,5% (chiffre révisé de +0,4%) en novembre.

La première estimation de l'indice PMI, qui mesure l'activité dans le secteur manufacturier, a progressé en janvier pour s'établir à 52,7 aux Etats-Unis après 51,2 en décembre. Il s'agissait alors d'un plus bas depuis 38 mois.

A la clôture, l'euro recule contre le dollar à 1,0816.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant