Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 a gagné 1,66% cette semaine

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé la semaine sur une note prudente. La Bourse de Paris a abandonné 0,29% à 4 569,66 points, poursuivant le mouvement de consolidation entamé hier après le rebond de près de 17% du CAC 40 par rapport à son point bas du 11 février. Ces prises de bénéfices n'empêchent toutefois pas le CAC 40 de signer sa deuxième semaine de hausse consécutive (+1,66%). Dans le reste de l'Europe, la tendance est similaire. L'EuroStoxx 50 a terminé ce soir sur un repli de 0,34%, mais affiche un gain hebdomadaire de 2,84%.

Au chapitre des valeurs européennes, Daimler (-5,12% à 63,25 euros) a été malmenée à la Bourse de Francfort. Le groupe fait l'objet d'une enquête du Département américain de la Justice sur les émissions polluantes de ses véhicules. Il n'est cependant pas le seul. Le Groupe PSA an lui, été perquisitionné par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Zodiac Aerospace a bondi de 11,11% à 21,195 euros, soutenu par des spéculations concernant une éventuelle offre de Safran. Interrogé par l'AOF, un porte-parole de Zodiac a confirmé qu'un rachat n'était pas à l'ordre du jour. Également interrogé, Safran n'a pas souhaité faire de commentaire. Hier soir, Bloomberg a révélé que Safran envisagerait de faire une offre sur Zodiac. Bloomberg a rappelé que Zodiac a une valeur de marché d'environ 5,5 milliards d'euros et Safran d'environ 26 milliards d'euros.

Le chiffre d'affaires trimestriel décevant de Kering a mis aujourd'hui le luxe sous pression. Le titre du numéro deux mondial du secteur a chuté de plus de 5% à 151,50 euros emportant LVMH (-1,55%) et Hermès (-1,36%) dans son sillage. Sur les trois premiers mois de l'exercice 2016, le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 2,724 milliards d'euros, en progression de 4% en organique mais inférieur de 2% au consensus.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, l'indice PMI "flash" manufacturier s'est replié à 48,3 (49,6 en mars), un plus bas de 8 mois. Le consensus visait 49,8. Dans les services, il se redresse à 50,8 (49,9 en mars), un plus haut de 5 mois. Les économistes tablaient sur 50,2. L'indice composite est ressorti à 50,5 (50 en mars), un plus haut de 5 mois.

L'indice PMI "flash" manufacturier de la zone euro en avril s'est établi à à 51,5 (51,6 en mars), au plus bas de 2 mois, selon Markit. Les économistes tablaient sur 51,8. Dans les services, il a atteint 53,2 (53,1 en mars), au plus haut de 2 mois. Le consensus le donnait à 53,3. L'indice composite est ressorti à 53 après 53,1 en mars, au plus haut de 2 mois. Le marché anticipait 53,2.

En Allemagne, l'indice PMI flash manufacturier s'est établi à 51,9 en avril après 50,7 en mars, au plus haut de 3 mois. Les économistes tablaient sur 51. Dans les services, il est ressorti à 54,6 après 55,1 en mars, au plus bas de 6 mois. Le consensus le donnait à 55,2. L'indice composite s'est établi à 53,8 après 54 en mars, au plus bas de 9 mois.

L'indice PMI Markit Flash du secteur manufacturier américain est ressorti à 50,8 en avril, en baisse par rapport aux 51,5 de mars. Il signale la plus forte dégradation du climat des affaires depuis septembre 2009.

A 17h45, l'euro cote 1,1229 dollar, en baisse de 0,52%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant