Analyse AOF clôture France/Europe - La prudence a régné

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé en hausse rassurés par la croissance de l'activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis qui s'est accélérée en juillet, à 52,9, atteignant un plus haut de septembre dernier. La séance boursière a été marquée par la prudence des investisseurs après les indices PMI dégradés en Europe et au Royaume-Uni. Coté valeurs, Thalès (+3,07) a signé un nouveau record boursier à 79,69 euros après un premier semestre solide tandis que TF1 a chuté. A la clôture, le CAC 40 a gagné 0,11% à 4 381,1 pts et l'EuroStoxx 50 +0,13% à 2 972,23 pts.

En Europe, Lindt & Spruengli a progressé de 0,48% à 69 770 francs suisses soutenu par des résultats semestriels solides et des perspectives encourageantes. Sur les six premiers mois de l'année, le premier chocolatier mondial a vu son bénéfice net grimper de 11,1% à 72,2 millions de francs suisses. Son résultat opérationnel a progressé de 8,6% à 98,4 millions de francs. Les analystes tablaient sur 100,5 millions, selon Bloomberg. Le chiffre d'affaires a augmenté de 4,4% en organique à 1,5 milliard. Le consensus visait une croissance de 5,1%.

A Paris, TF1 (-9,38% à 8,676 euros) a affiché l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, plusieurs analystes réduisant leurs prévisions de bénéfice après avoir pris en compte les indications du groupe concernant le marché publicitaire lors de la publication des résultats semestriels. Si le groupe de médias anticipe désormais une légère hausse du marché publicitaire TV en France en 2016, contre une stabilité auparavant, il a averti lors d’une conférence téléphonique avec les analystes qu’il perdrait des parts de marché. Barclays attribue ces pertes aux piètres audiences de la chaîne.

Il y a de l'eau dans le gaz entre GTT et les investisseurs. Le titre de la société d'ingénierie spécialisée dans la conception de systèmes de confinement à membranes pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié a chuté de plus de 11% à 24,835 euros, pénalisé par des résultats semestriels inférieurs aux attentes et surtout, la révision à la baisse de son objectif de chiffre d'affaires 2016 en raison de l'attentisme du marché.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En juillet, l'indice flash des directeurs d'achat (PMI) Composite en France se redresse à 50, soit un plus haut de deux mois, après 49,6 en juin, contre un consensus de 49,2. L'indice flash de l'activité de services se redresse également à 50,3 après 49,9 en juin, contre un consensus de 49,5. Enfin, l'Indice PMI flash de l'industrie manufacturière ressort à 48,6 après 48,3 en juin, soit un plus haut de 4 mois. Les économistes attendaient 48.

En juillet, l'Indice PMI Flash Composite de l'activité globale de la zone euro s'inscrit à 52,9 après 53,1 en juin, soit un plus bas de 18 mois, contre un consensus de 52,5. L'Indice PMI Flash de l'activité dans le secteur des services ressort à 52,7 après 52,8 en juin soit un plus bas de 18 mois. Les économistes attendaient 52. Enfin, l'Indice PMI Flash de l'Industrie Manufacturière s'inscrit à 51,9 après 52,8 en juin, représentant un plus bas de 2 mois, contre un consensus de 52,3.

En juillet, l'indice flash des directeurs d'achat (PMI) Composite en Allemagne ressort à 55,3, soit un plus haut de sept mois, après 54,4 en juin, contre un consensus de 53,7. L'indice PMI flash de l'activité dans les services atteint 54,6 après 53,7 en juin, contre un consensus de 53,2. Enfin, l'Indice PMI flash de l'industrie manufacturière ressort à 53,7 après 54,5 en juin. Ce dernier se compare à un consensus de 53,5.

A la clôture, l'euro est en baisse de 0,46% à 1,0971 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant