Analyse AOF clôture France/Europe - La BCE a rassuré

le
0

(AOF) - Les marchés actions ont terminé en légère hausse après les propos rassurants du président de la BCE. Pour les économistes, le discours de Mario Draghi tend à confirmer le scénario de l'annonce en décembre d'une prolongation de trois à six mois des rachats d'actifs. Côté valeurs, Pernod Ricard a été soutenue par l'accélération de sa croissance organique au troisième trimestre tandis que Publicis a été pénalisée par le ralentissement de celle-ci. A la clôture, le CAC 40 a gagné 0,44% à 4 540,12 points et l'EuroStoxx s'est adjugé 0,69% à 3 077,03 points.

En repli de 0,77% à 74,73 francs suisses, Nestlé a été pénalisé par la révision à la baisse de sa prévision de croissance 2016 à +3,3% contre +4,2% auparavant. La société de Vevey a pris acte du ralentissement de la demande sur les marchés émergents et de la pression sur les prix en Europe et en Amérique du Nord. Sur les neuf premiers mois de son exercice, Nestlé a réalisé un chiffre d'affaires de 65,51 milliards de francs suisses, en croissance organique de 3,3% contre un consensus de +3,7%.

A Paris, Publicis (-5,71% à 63,20 euros) a signé la plus forte baisse du CAC 40 après avoir fait état d'un ralentissement plus prononcé que prévu de son activité au troisième trimestre. Sur cette période, le chiffre d'affaires du troisième publicitaire mondial a progressé organiquement de 0,2% (-0,4% en données publiées) à 2,3 milliards d'euros. Certes, Publicis avait déjà prévenu que sa fin d'exercice serait moins brillante que ses six premiers mois. A fin juillet, le groupe restait sur une croissance organique de 2,8%. Toutefois, les analystes anticipaient une hausse de 0,8%.

A l'inverse, Pernod Ricard a dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel solide et des perspectives encourageantes grâce aux Amériques, à l'Europe et au redressement du marché chinois. En Bourse, le titre du numéro deux mondial des vins et spiritueux a progressé de 1,20% à 109,75 euros pour occuper la première place du CAC 40. Sur la période de trois mois close fin septembre, le groupe a réalisé au premier trimestre de son exercice 2016/2017 un chiffre d'affaires de 2,248 milliards d'euros, en croissance interne (ou organique) de 4%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

A l'issue de la réunion de son Comité de politique monétaire, et comme attendu par les économistes, la Banque centrale européenne a laissé ses taux d'intérêt inchangés. Le taux de rémunération des dépôts reste à -0,4% et le taux de refinancement à 0. L'ampleur du programme de rachats d'actifs de son côté est également inchangée, à 80 milliards d'euros par mois jusqu'à la fin mars prochain "ou au-delà si nécessaire et, dans tous les cas, jusqu'à ce que la trajectoire de l'inflation s'aligne avec l'objectif" de la BCE.

Aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage se sont élevées à 260 000 la semaine dernière aux Etats-Unis, contre un consensus Reuters de 250 000. Le chiffre de la semaine précédente a été révisé de 246 000 à 247 000.

Les reventes de logements en septembre se sont élevées à 5,47 millions en septembre en rythme annuel, un chiffre supérieur au consensus Reuters de 5,35 millions. Le chiffre d'août a été révisé de 5,33 à 5,3 millions.

L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie est ressorti à 9,7 en octobre, à comparer avec un consensus Reuters de 5,3 et 12,8 en septembre.

A la clôture, l'euro baisse de 0,41% à 1,0930 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant