Analyse AOF clôture France/Europe - La baisse de l'euro soutient les indices pour bien terminer la semaine

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont encore progressé aujourd'hui, soutenus par la baisse de l'euro, liée à la perspective d'un nouveau soutien de la BCE. L'annonce d'une baisse des prix en Allemagne en février va dans le sens d'un ralentissement de l'inflation sur le continent. L'euro a aussi été pénalisé par la révision en hausse de la croissance américaine, qui devrait soutenir la Fed dans son resserrement monétaire. Le CAC 40 a gagné 1,56% à 4 314,57 points aujourd'hui et 2,17% en cinq jours. L'EuroStoxx 50 s'est apprécié de son côté de 1,8% à 2 929,16 points et a progressé de 2,02% sur la semaine.

En Europe, Royal Bank of Scotland (-7,1% à 226,5 pence) a clôturé à la dernière place de l’indice FTSE 100 après avoir annoncé sa huitième perte annuelle d’affilée et averti qu’il lui faudra plus de temps que prévu pour distribuer de nouveau un dividende. L’année dernière, l’établissement britannique a essuyé une perte nette de 1,98 milliard de livres sterling (2,5 milliards d’euros), toutefois nettement réduite par rapport à 2014 où elle s’était élevée à 3,47 milliards de livres. Dans le même temps, ses revenus ont chuté de près de 15% à 12,92 milliards.

A Paris, Areva (+3,15% à 3,797 euros) a progressé après avoir publié des résultats annuels dégradés, comme attendu. Ainsi, le groupe nucléaire a divisé par plus de deux sa perte nette en 2015, à 2,038 milliards d'euros. En 2014, elle était de 4,8 milliards. L'amélioration des comptes d'Areva s'explique notamment par la réduction de la perte opérationnelle l'année dernière. Cette dernière est ressortie à 1,38 milliard l'année dernière alors qu'elle était de 2,11 milliards en 2014.

Saint-Gobain a clôturé en légère baisse de 0,65% à 35,305 euros. Les résultats annuels solides présentés par le fabricant de matériaux de construction n'ont donc que partiellement compensé les difficultés persistantes qu'il rencontre sur son principal marché : la France. En 2015, Saint-Gobain a vu son bénéfice part du groupe bondir de 35,9% à 1,29 milliard d'euros, intégrant notamment la plus-value de 811 millions d'euros consécutive à la cession de Verallia.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, en janvier, les prix à la production de l'industrie ont reculé de 0,7%, après avoir déjà diminué de 1,1% le mois précédent. "Sur un an, ils baissent de 2,0 %, surtout du fait de la chute des prix des produits pétroliers raffinés (-27,9 %)", ajoute l'Insee.

En janvier 2016, les dépenses de consommation des ménages français en biens ont progressé de 0,6 %, selon l'Insee, après 1% le mois précédent. "Les dépenses en énergie rebondissent vivement et la consommation en biens d'équipement du logement continue d'augmenter à un rythme soutenu. En revanche, les achats de produits alimentaires se replient nettement", précise l'institut. Cette évolution est en ligne avec le consensus.

En première estimation, l'indice des prix à la consommation augmenterait de 0,2 % en février par rapport au mois précédent, selon l'Insee. En rythme annuel, ils baisseraient de 0,2% du fait de la chute des prix de l'énergie après avoir progressé de 0,2% en janvier.

En février, le sentiment économique s'est dégradé en zone euro : l'indice qui le synthétise est ressorti à 103,8 points, après 105,1 points en janvier. Le consensus Reuters était de 104,4. Concernant le climat des affaires, la tendance est la même : l'indice a chuté de 0,27 à 0,07 alors qu'il était attendu à 0,28 point.

Aux Etats-Unis, les dépenses comme les revenus des ménages ont progressé de 0,5% en janvier. Les premières avaient stagné en décembre et les seconds avaient augmenté de 0,3%. Le consensus Reuters attendait une hausse de 0,4% des revenus des ménages.

L’indice de confiance des ménages de l’université du Michigan est ressorti à 91,7 en février, selon une estimation définitive. Il se compare avec une estimation précédente de 90,7 et un consensus de 91.

Au quatrième trimestre, la croissance américaine s'est élevée à 1% selon la deuxième estimation publiée aujourd'hui. La première estimation donnait +0,7%. Le consensus craignait une révision à la baisse à +0,4%.

A la clôture, l'euro perd 0,81% à 1,093 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant