Analyse AOF clôture France/Europe - L'euro s'apprécie de 2% en une semaine, le CAC 40 perd plus de 3%

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en nette baisse, pénalisés par le bond de 0,9% (+2,03% sur la semaine) de l’euro. Ce dernier a établi un nouveau plus haut annuel à 1,1453 dollar et retrouve ainsi son niveau de mi-octobre 2015, profitant de statistiques européennes positives et de chiffres américains décevants. Le CAC 40 (-2,82% à 4 429 points aujourd’hui) est repassé sous la barre des 4500 points pour la première fois en deux semaines. Sur la semaine, l’indice parisien a reculé de 3,08%. L'Eurostoxx 50 a cédé aujourd’hui 3,11% à 3 028,2 points et a perdu 3,59% en cinq jours.

En Europe, Royal Bank of Scotland, qui est encore détenue en majorité depuis la crise financière, a plus que doublé ses pertes au premier trimestre. A la Bourse de Londres, les investisseurs ont sanctionné cette publication : l'action de la banque britannique a reculé de 5,39% à 231,6 pence. 2016 semble mal parti pour un établissement qui a annoncé l'année dernière sa huitième perte annuelle d'affilée. Sur les premiers mois de l'année, sa perte nette est ressortie à 968 millions de livres (1,24 milliard d'euros) contre une perte de 459 millions de livres, un an plus tôt.

En France, en repli de 5,36% à 72,11 euros, Sanofi a accusé la plus forte baisse du CAC 40 après la publication de résultats marqués une nouvelle fois par le déclin de sa branche diabète. Les investisseurs redoutent par ailleurs que le groupe pharmaceutique ne s'engage dans une bataille couteuse pour s'emparer de la biotech américaine Medivation. Au premier trimestre, le bénéfice net du laboratoire français s'est replié de 0,2% à 1,722 milliard d'euros. Hors effets de change, il a cependant cru de 3,5%. Le chiffre d'affaires a lui reculé de 1,9% à 8,543 milliard mais grimpé de 0,7% à changes constants.

Technicolor (+17,82% à 5,99 euros) est resté toute la journée confortablement installé en tête du SBF 120 après avoir communiqué des chiffres d'activités meilleurs que prévu au premier trimestre. Cette publication et la faible valorisation du spécialiste des technologies de l'image et du son ont poussé JPMorgan à relever sa recommandation de Neutre à Surpondérer, donnant un coup de fouet supplémentaire au titre.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En mars 2016, les prix des produits industriels destinés au marché français augmentent (+0,3 %), selon l'Insee, tirés par le rebond des prix des produits du raffinage, après trois mois consécutifs de baisse. En rythme annuel, ils ont reculé de 4%. Sur l'ensemble des marchés (marché intérieur et marchés extérieurs), les prix de production des produits industriels se redressent en mars (+0,2 % après -0,6 %). Sur un an, ils baissent de 3,8 %, surtout du fait de la chute des prix des produits pétroliers raffinés (-32,8 %).

Sur un mois, l'indice des prix à la consommation harmonisé augmenterait de 0,1 % en avril en France selon la première estimation de l'Insee. En rythme annuel, les prix à la consommation baisseraient de 0,1 % en avril. Cette évolution est conforme aux attentes.

La consommation des ménages français en biens a continué de progresser en mars 2016 (+0,2 %) après des hausse de 0,5% en février (révisé de +0,6%) et de 0,1% en janvier, a indiqué l'Insee. Sur l'ensemble du premier trimestre 2016, la consommation des ménages en biens rebondit substantiellement (+1,7 % après -0,5 %), du fait notamment des dépenses en énergie et de l'accélération des achats d'équipement du logement.

Le PIB a progressé de 0,6% en zone euro au premier trimestre, selon l'estimation flash d'Eurostat, après +0,3% sur les trois derniers mois de 2015. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient +0,4%.

Le taux de chômage en zone euro s'est établi à 10,2% en mars, selon Eurostat, en baisse par rapport au mois précédent (10,3%). Les économistes attendaient de nouveau une stabilité à 10,3%.

Le taux d'inflation annuelle en zone euro est attendu à -0,2% en avril, selon une estimation flash d'Eurostat. Le taux d'inflation annuelle était nul en mars. Le consensus Reuters tablait sur un retour à la baisse de 0,1% seulement. Les prix devraient progresser de 0,8% hors les éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentation contre un consensus de +0,9%.

En Allemagne, les ventes au détail ont reculé de 1,1% en mars par rapport à février, a annoncé l'institut de statistiques Destatis. En rythme annuel, elles ont augmenté de 0,7%. Le consensus Reuters les donnaient à +0,3% sur un mois et +2,2% sur un an.

Aux Etats-Unis, l'indice des directeurs d'achat (PMI) de l'industrie manufacturière dans la région de Chicago est ressorti à 50,4 en avril contre un consensus de 53,3 après 53,6 en mars. L'indice reste péniblement au-dessus du seuil des 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

L'indice de confiance du consommateur américain mesuré par l'Université du Michigan est ressorti finalement à 89 en avril après 91 en mars. En première estimation, il était ressorti à 89,7.

Les revenus des ménages américains ont progressé de 0,4% en mars contre un consensus de +0,3%. En février, les revenus étaient en hausse de 0,1% (chiffre révisé de +0,2%). Les dépenses des ménages ont progressé de 0,1% en mars contre un consensus de +0,2%. En février, les dépenses avaient grimpé de 0,2% (chiffre révisé de0,1% révisé).

A la clôture, l'euro cote 1,1445 dollar en hausse de 0,9%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant