Analyse AOF clôture France/Europe - Hausse symbolique pour le CAC 40

le
0

(AOF) - Les marchés action européens ont débuté le quatrième trimestre sur une note prudente. Les investisseurs ont limité leurs prises de risques dans l’attente du dénouement du dossier Deutsche Bank. Focalisés sur les risques qui pèsent sur la santé financière de la Deutsche Bank et par effet domino sur le système financier européen, les investisseurs n’ont guère prêté attention à la publication d’une série d’indicateurs économiques encourageants, tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Le CAC 40 a terminé sur une hausse de 0,12% à 4 453,56 points. L’Euro Stoxx 50 a abandonné 0,14% à 2 998,05 pts.

Au chapitre des valeurs européennes, Henderson Group a bondi de 16,51% à 270,30 pence à la Bourse de Londres à la suite de l’annonce de sa fusion par échange de titres avec son concurrent américain, Janus Capital. La nouvelle entité baptisée Janus Henderson Global Investors plc affichera une capitalisation boursière d’environ 6 milliards de dollars et plus de 320 milliards de dollars d’actifs. Dans le détail, les actionnaires de Janus Capital recevront 4,7190 actions à émettre de Henderson Group par action détenue et détiendront 43% du nouvel ensemble. Les actionnaires de Henderson Group détiendront le solde.

A Paris, Vallourec (+3,56% à 4,132 euros) a signé l'une des plus fortes hausses du SBF120, soutenu, à l'image d'autres valeurs du secteur pétrolier, par le retour du baril de Brent au dessus des 50 dollars. Le spécialiste français des tubes sans soudure en acier profite également de l'annonce de la fusion de ses deux entités brésiliennes : Vallourec Tubos do Brasil (VBR) et Vallourec & Sumitomo Tubos do Brasil (VSB). Ce rapprochement générera en effet d'importantes synergies industrielles et administratives.

Entre les événements sportifs de l'été et la rentrée, les occasions n'ont pas manqué d'attirer les Français devant leur écran de télévision. Les annonceurs auraient dû suivre ce mouvement dans un contexte de reprise lente du marché publicitaire français. Pourtant, si l'on en croit les constats faits par les principaux dirigeants de médias en France, l'heure n'est pas au triomphalisme mais plutôt à la prudence. Au mieux, les diffuseurs constatent un été calme, au pire ils évoquent une concurrence rude voire un attentisme prononcé des annonceurs par manque de visibilité sur les prochains mois. La situation est particulièrement difficile pour TF1 (-4,06% à 8,28 euros). Le groupe a été laissé à l'écart du juteux marché publicitaire des Jeux olympiques et du Tour de France.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La conjoncture du secteur manufacturier français s’oriente vers une stabilisation en fin de troisième trimestre 2016. L’Indice PMI Markit s’approche en effet de la barre du 50 en septembre, se redressant de 48,3 en août à 49,7 et affichant ainsi un plus haut de 7 mois. Les économistes tablaient sur 49,5.

L'indice PMI Markit Manufacturier est ressorti en Allemagne en septembre à 54,3 contre 53,6 en août. Les économistes tablaient également sur 54,3, conformément à l'estimation initiale. La croissance allemande a donc progressé le mois dernier à son rythme le plus élevé depuis 22 mois, a commenté Markit.

La croissance du secteur manufacturier de la zone euro s'accélère légèrement à la fin du troisième trimestre 2016, soutenue par une hausse accrue de la production, des nouvelles commandes, des nouvelles commandes à l'export et des effectifs, révèle Markit. A 52,6, l'indice désaisonnalisé PMI final de l'institut pour l'industrie manufacturière de l'Eurozone reste conforme à sa dernière estimation flash, affichant ainsi un plus haut de 3 mois en septembre.

Aux Etats-Unis, l'ISM manufacturier du mois de septembre est ressorti à 51,5 contre 49,4 au mois d'août et un consensus de 50,3.

Les dépenses de construction ont baissé de 0,7% en août après avoir reculé de 0,3% (révisé de 0%) en juillet. Le consensus était de +0,2%.

L'indice PMI pour le secteur manufacturier américain est ressorti à 51,5 points pour septembre, en recul par rapport aux 52 d'août mais révisé en légère hausse par rapport à l'estimation initiale de 51,4.

Vers 17h45, l'euro cote 1,1215 dollar, en repli de 0,24%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant