Analyse AOF clôture France/Europe - Grâce à Société Générale, le CAC 40 limite ses pertes

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont terminé en légère baisse une séance hésitante, creusant leurs pertes en fin de journée. Après quatre séances consécutives de repli, les investisseurs ont d'abord tenté de revenir sur les indices actions à la faveur de quelques rachats à bon compte. Mais la volatilité a rapidement resurgi, rendant moins lisible l'évolution des indices actions. Le CAC 40, soutenu par les valeurs bancaires, a mieux résisté que les autres indices, terminant presque à l'équilibre (-0,07%) à 4 411,68 points. L’EuroStoxx 50 a perdu 0,22% à 2 973,49 points alors que le Dax a perdu 0,36%.

En Europe, adidas a fait aujourd'hui l'amère expérience que les arbres boursiers montent rarement jusqu'au ciel. Alors qu'elle reste sur un bond de plus de 52% depuis le début de l'année et qu'elle a atteint le 20 octobre un niveau historique de 159,5 euros, l'action de l'équipementier sportif a chuté de 6,18% à 137,5 euros. Au milieu de résultats trimestriels sans grande surprise, les investisseurs ont tout de même repéré une annonce qui a gâché la première présentation du nouveau PDG : le résultat opérationnel du quatrième trimestre sera pénalisé par des charges de restructuration de 30 millions d'euros.

A Paris, Société Générale (+5,51% à 36,07 euros) est resté toute la journée en tête de l’indice CAC 40 à la faveur de résultats trimestriels meilleurs que prévu. Ceux-ci ont convaincu Exane de relever son opinion de Neutre à Surperformance, une décision qui contribue également à la hausse de l’action de la banque française. A l’instar de sa concurrente BNP Paribas la semaine dernière et des banques américaines à la mi-octobre, la bonne performance de Société Générale s’explique principalement par le dynamisme de ses activités de marché.

Veolia a pris l'eau à la Bourse de Paris. En repli de 6,34% à 18,09 euros, le numéro un mondial des services à l'environnement a accusé la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé par la révision à la baisse de son objectif de chiffre d'affaires 2016. Affectées par une conjoncture morose, ses ventes devraient être quasiment stables sur l'ensemble de l'exercice (à change constant), alors qu'il les attendaient en progression auparavant.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le taux de chômage de septembre en zone euro ressort à 10%, après 10% (révisé de 10,1%) en août, en ligne avec le consensus.

Le sentiment économique s'améliore dans la zone euro pour le quatrième trimestre. Selon des résultats préliminaires publiés par l'institut Ifo, l'indice du sentiment économique a progressé de 111,6 à 116,8 points au quatrième trimestre. "La situation économique actuelle reste globalement inchangée mais l'amélioration du climat économique est entièrement due à l'amélioration des perspectives", décrypte l'institut Ifo.

Aux Etats-Unis, en première estimation, la productivité a bondi de 3,1% au troisième trimestre après avoir baissé de 0,2% (révisé de -0,6%) au deuxième trimestre. Le consensus Reuters était de +2%. Les coûts du travail ont progressé de leur côté de 0,3% sur la même période après +3,9% (révisé de +4,3%) au deuxième trimestre.

Aux Etats-Unis, 265 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière après 258 000 la semaine précédente. Le consensus Reuters était de 258 000.

Aux Etats-Unis, les commandes à l'industrie en septembre ont progressé de 0,4% contre un consensus de +0,2%. En août, elles avaient grimpé de 0,2%.

L'indice ISM des services est ressorti à 54,8 en octobre contre un consensus de 56 après 57,1 en septembre.

Aux Etats-Unis, l'indice PMI des services mesuré par Markit est ressorti à 54,8 dans sa version définitive contre 52,3 en septembre. L'indice composite, qui combine service et industrie, est ressorti à 54,9 contre 52,3 en septembre.

A 17h30, l'euro est stable à 1,1095 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant