Analyse AOF clôture France/Europe - Forte baisse avec la Chine et les matières premières

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé la première séance de l'année en nette baisse. L'aggravation surprise de la contraction de l'activité dans le secteur manufacturier chinois en décembre a ravivé les craintes pour la croissance mondiale. Cette perspective a pesé sur les valeurs liées aux matières premières, dont la Chine est une des principales consommatrices. Le rebond du pétrole, lié aux tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite, et la baisse de l'euro n'ont pas suffi à inverser la tendance. Le CAC 40 a perdu 2,47% à 4 522,45 points et l'EuroStoxx a reculé de 3,14% à 3 164,76 points.

Ferrari est resté stable aujourd'hui à la Bourse de Milan pour son premier jour de cotation sur le marché italien. Cette arrivée sur le continent européen marque la dernière étape de la séparation du constructeur de voitures de sport et de Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Ce dernier a initié la scission en octobre avec la cotation de 9% du capital de sa filiale sur le marché américain. FCA détenait 90% de sa filiale et a donc distribué le solde de sa participation, soit 80%, à ses actionnaires.

En France, Bouygues (+1,67% à 37,155 euros) a échappé à la baisse du marché parisien et signé la seule hausse du CAC 40, soutenu par la spéculation sur un rachat de sa filiale télécom par Orange (-2,71% à 15,065 euros). Les deux opérateurs auraient officiellement démarré leurs pourparlers à la veille de Noël en signant un accord de confidentialité, selon le Journal du Dimanche. Selon l'hebdomadaire, l'opération envisagée valoriserait Bouygues Telecom environ 10 milliards d'euros, un montant payé en actions et en numéraire.

Le secteur minier européen ne pouvait redouter pire début d'année. En repli de 4,52% à 3,721 euros, ArcelorMittal a accusé la deuxième plus forte baisse du CAC 40 tandis qu'Eramet a décroché de 5,39% à 27,91 euros. Même tendance à Londres où Anglo American a chuté de 7,68%, BHP Billiton de 3,45%, Glencore de 6,15% et Rio Tinto de 4,27%. Le secteur a été frappé de plein fouet par la baisse des cours des métaux de base.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'indice définitif des directeurs d'achats (PMI) du secteur manufacturier de la zone euro est ressorti à 53,2 en décembre, après 53,1 en première estimation. Les analystes de Reuters attendaient 53,1. En novembre, le PMI Manufacturier était de 52,8.

L'indice définitif des directeurs d'achats (PMI) français est ressorti à 51,4 en décembre, au plus haut depuis mars 2014. La première estimation était de 51,6 et les analystes de Reuters attendaient également 51,6. En novembre, le PMI était de 50,6.

L'indice définitif des directeurs d'achats (PMI) du secteur manufacturier allemand s'est élevé à 53,2 pour décembre après une première estimation de 53. Il dépasse ainsi le consensus Reuters de 53 et signale une accélération de la croissance par rapport au mois de novembre : le PMI manufacturier était alors de 52,9.

Destatis, l'institut de statistiques allemand, anticipe une inflation de 0,2% en décembre sur un an, selon son estimation flash, là où les analystes interrogés par Reuters anticipent 0,4%. L'inflation annuelle allemande a été de 0,3% en novembre. Sur un mois, les prix devraient rester stables alors que le consensus Reuters est de +0,2%.

Les dépenses de construction ont reculé de 0,4% en novembre aux Etats-Unis alors qu'elles étaient attendues en hausse de 0,7% par le consensus Reuters. Elles avaient augmenté de 1% en octobre.

La contraction du secteur manufacturier américain a finalement été plus importante que prévu en décembre. L'indice des directeurs d'achats de l'Institute of Supply Management pour ce secteur est ressorti à 48,2, à comparer avec un consensus Reuters de 49 et un niveau de 48,6 en novembre.

L'activité dans le secteur manufacturier américain en décembre s'est avérée un peu plus faible qu'annoncé en première estimation, a annoncé le bureau d'études Markit. L'indice des directeurs d'achats pour ce secteur est tombé à 51,2 en décembre, contre 52,8 en novembre et une estimation initiale de 51,3. Il s'agit de son niveau le plus faible depuis octobre 2012.

A la clôture, l'euro recule de 1,26% à 1,0792 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant