Analyse AOF clôture France/Europe - Fin de semaine en berne, Wall Street et pétrole ont pesé

le
0

(AOF) - Les marchés actions ont terminé en repli, pénalisé par Wall Street qui accuse les déclarations du président de la Fed de Boston, conseillant de resserrer la politique monétaire de la Réserve Fédérale prochainement. Ces déclaration ont relancé la spéculation sur une hausse plus rapide que prévu des taux d'intérêt de la Fed. Autre facteur négatif, la baisse du pétrole avec un baril de Brent qui cède près de 2% à 48,74 dollars. A la clôture, le CAC 40 a cédé 1,12% à 4 491,40 pts et l'EuroStoxx 50 -0,16% à 3 047,87 pts. Sur la semaine, ces deux indices ont fini en repli de 1,12 et 1,04%.

En Europe, la banque italienne en difficulté, Banca Monte dei Paschi di Siena (Banca MPS : +1,92% à 0,24 euro), a annoncé hier soir que son Directeur général, Fabrizio Viola, avait accepté de partir. Il restera en fonction jusqu'à la nomination de son successeur, qui devrait être connu à court terme. Le patron de la filiale italienne de Bank of America Merrill Lynch, Marco Morelli, serait le grand favori pour de remplacer Fabrizio Viola, affirme plusieurs sources de presse. Le nouveau patron de la banque italienne aura pour charge de réaliser le plan de sauvetage annoncé fin juillet.

A Paris, Rubis a bondi de 7,66% à 80,53 euros après avoir atteint un plus haut historique de 81,80 euros. Les investisseurs ont salué les résultats semestriels nettement supérieurs aux attentes du groupe spécialisé dans la distribution et le stockage de produits pétroliers. Au premier semestre, le bénéfice net a bondi de 31% pour atteindre le niveau record de 104 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant a progressé de 44% à 160 millions.

Groupe Gorgé (-2,41% à 21,47 euros) a été sanctionné après avoir publié des résultats semestriels plus dégradés que prévu. Au premier semestre, le groupe industriel a creusé sa perte nette part du groupe, passée en un an de 1 à 3,3 millions d'euros. Selon Oddo, qui tablait sur un bénéfice net de 2,7 millions d'euros, il a été pénalisé par un montant élevé d'impôt sur les sociétés et par des éléments non récurrents, ces derniers s'élevant à 1,6 million d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Après une baisse de 0,7% en juin (révisé de -0,8%), la production industrielle française a encore reculé de 0,6% en juillet. Le consensus Reuters était de +0,2%.

Aux États-Unis, les stocks des grossistes sont restés stables en juillet en ligne avec les attentes. Ils avaient progressé de 0,3% en juin.

A la clôture, l'euro est en baisse de 0,35% à 1,1225 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant