Analyse AOF clôture France/Europe - Et de cinq pour la Bourse de Paris !

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé en ordre dispersé dans le sillage de l’ouverture prudente de Wall Street. Aucune information susceptible d’influer sur les marchés n’étant tombée aujourd’hui, les indices actions ont fluctué autour de l’équilibre. Le CAC 40 a gagné 0,09% à 4 335,26 points au terme de sa cinquième séance consécutive de hausse. Depuis vendredi dernier, la Bourse de Paris affiche une progression de 6,12%. Elle reste inférieure de moins de 3% à son niveau pré-Brexit. L'Euro Stoxx 50 a grappillé, lui, 0,02% à 2 934,13 points.

Au chapitre des valeurs, Burberry est à la mode cette semaine. Lundi, le groupe de luxe britannique annonçait le débauchage de Marco Gobbetti, actuel PDG de Céline, pour prendre la tête de la direction générale. Mardi, l'enseigne connue pour ses trenchcoats présentait la nouvelle campagne des parfums Burberry Brit shootée par Brooklyn Beckham. Et aujourd'hui, Burberry a dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes grâce à une accélération de ses ventes au Royaume-Uni fin juin. A la City, ce "newsflow" est payant : le titre a gagné 6,32% à 1 279 pence et 9,4% depuis le début de la semaine.

A Paris, AccorHotels a bondi de 3,35% à 38,87 euros après avoir lancé son projet de filialisation d'HotelInvest, prévoyant l'ouverture de la majorité du capital de son pôle immobilier à une douzaine d'investisseurs institutionnels. Le groupe hôtelier conservera une participation comprise entre 25% et 49% dans un actif stratégique puisqu'il s'agit du premier franchisé d'Accor. La foncière détient (en propre ou en location) les murs de 1288 hôtels à travers le monde.

Nokia (+4,52% à 5,295 euros) a terminé en tête de l'indice CAC 40 grâce à l'annonce de l'extension d'un accord de licences croisées de brevets avec Samsung. L'équipementier télécoms s'attend à ce que cet accord ait un impact positif sur les ventes de Nokia Technologies, qui gère ses brevets, dès le troisième trimestre. Il permettra à cette division d'afficher des revenus annualisés d'environ 950 millions d'euros à la fin de l'année contre un précédent objectif de 800 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En juin 2016, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 0,1 % sur un mois après une hausse de 0,4 % en mai, a confirmé l’Insee. Corrigé des variations saisonnières, il croît également de 0,1 %. Sur un an, l’inflation s’élève à 0,2 % après avoir été nulle en mai 2016. L’indice des prix à la consommation IPCH, qui permet la comparaison avec les autres pays européens, a augmenté de 0,1% en mai par rapport à avril et de 0,3% sur un an. Le taux d’inflation mensuel IPCH a été réduit de 0,1 point par rapport à l’estimation initiale.

La production industrielle de la zone euro a reculé de 1,2% entre avril et mai. Les économistes tablaient sur une baisse de 0,8%. Sur un an, la production industrielle a grimpé de 0,5% alors que le consensus visait une hausse de 1,4%. Les chiffres d'avril ont été revus à la hausse. La production industrielle a finalement progressé de 1,4% sur un mois (contre 1,1% en première estimation) et de 2,2% sur un an (contre 2% en première estimation).

En juin, les prix à l'importation hors pétrole aux Etats-Unis ont baissé de 0,3% après une hausse de 0,3% le mois précédent. De leur côté, les prix à l'exportation hors agriculture, ont augmenté de 0,5% après +1% en mai.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance du livre beige de la Fed sur l'état de santé de l'économie à 20 heures.

Ce soir, l'euro est en hausse de 0,37% à 1,1103 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant