Analyse AOF clôture France/Europe - A l'équilibre après la BCE

le
0

(AOF) - Les marchés européens sont restés prudents après le statut quo de la BCE et le discours de Mario Draghi. Le président a certes tenu des propos encourageants, indiquant que la BCE était prête à intervenir pour soutenir la croissance européenne post-Brexit, mais à préciser qu'il faudra un temps d'évaluation de la situation de cette sortie du Royaume-Uni de l'UE. Côté valeurs, Publicis a été à l'honneur tout comme Hermès qui ont tous deux dévoilés des publications trimestrielles supérieures aux attentes. Le CAC 40 a clôturé à -0,08% à 4 376,25 pts tandis que l'EuroStoxx 50 +0,05% à 2 968,49 pts.

En Europe, le secteur aérien a traversé un trou d'air en Bourse. Lufthansa a cédé 8% suivi d'Air France-KLM -4,51%, EasyJet -4,44% et Ryanair -4,34%. Ce matin, le groupe allemand Lufthansa et le britannique EasyJet ont annoncé des résultats et des perspectives dégradés, en raison des inquiétudes sur la sécurité en Europe et aux incertitudes post-Brexit. Lufthansa prévoit ainsi un repli de 8 à 9% de son revenu unitaire sur le deuxième semestre clos en décembre 2016.

A Paris, Publicis (+3,89% à 66,72 euros) a pris la tête de l’indice CAC 40 dès l’ouverture grâce à une croissance organique des revenus supérieure au consensus au deuxième trimestre. En surpassant ainsi les attentes du marché pour le troisième trimestre consécutif, le groupe de communication continue de regagner la confiance des investisseurs. Cette dernière avait été mise à mal en 2014 et 2015 par des performances opérationnelles décevantes et la fusion ratée avec Omnicom. Publicis a réagi en annonçant en décembre dernier une réorganisation qui porte ses fruits.

Hermès (+1,77% à 360,35 euros) a enregistré l'une des plus fortes hausses de l'indice SBF 120 à la faveur d'une croissance à taux de change constants supérieure aux attentes au deuxième trimestre. Le chiffre d'affaires consolidé du groupe de luxe au premier semestre 2016 s'est élevé à 2,44 milliards et progresse de 7,2% à taux de change constants. Après prise en compte de l'impact négatif des devises, la croissance est de 6,1%. " La progression des ventes est solide dans les magasins du groupe (+8% à taux de change constants), et ce dans toutes les zones géographiques ", a précisé Hermès.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le climat des affaires en France s'est amélioré en juillet, a annoncé l’Insee. L'indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d'entreprise des principaux secteurs d'activité, retrouve son niveau de mai dernier en regagnant deux points à 102. Il se situe légèrement au-dessus de son niveau moyen de long terme (100).

Lors de la réunion qui s'est tenue ce jour, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00 %, 0,25 % et -0,40 %. Le Conseil des gouverneurs continue de prévoir que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas sur une période prolongée, et bien au-delà de l'horizon fixé pour les achats nets d'actifs.

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board a progressé de 0,3% en juin après un repli de 0,2% en mai. Il est conforme aux attentes.

Les reventes de logements ont atteint 5,57 millions en rythme annuel en juin, un chiffre supérieur au consensus Briefing de 5,5 millions. Le chiffre de mai a été abaissé de 5,53 à 5,51 millions.

L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie est tombé à -2,9 en juillet contre 4,7 en juin et un consensus de 5.

253 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis, un chiffre inférieur au consensus Reuters de 265 000. Elles sont en repli de 1 000 par rapport à la semaine précédente.

Vers 17h50, l'euro perdait 0,01% à 1,1009 euro.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant