Amundi veut doubler ses encours en actifs réels et alternatifs d'ici 2020

le
0

(NEWSManagers.com) - Amundi fait du neuf avec du vieux pour créer un nouveau pôle. Le premier gestionnaire d'actifs européen a présenté le 27 septembre sa nouvelle plateforme dédiée aux actifs réels et alternatifs avec pour objectif de devenir un des premiers gérants globaux alternatifs européens. L'immobilier, la dette privée, le private equity et les infrastructures font désormais partie d'un même pôle intégré. " En s'appuyant d'une part sur des expertises déjà existantes dans le groupe et en nouant d'autre part des partenariats novateurs, Amundi bénéficie déjà d'une grande légitimité sur ces classes d'actifs. Elle a ainsi accès de façon exclusive à nombre de grandes opérations immobilières au niveau européen et participe également activement au financement de l'économie réelle via la dette privée, le private equity et les infrastructures" , souligne la société.

Réunissant 200 collaborateurs en origination, structuration et gestion sur ces classes d'actifs, ce pôle représente quelque 34 milliards d'encours sous gestion à fin juin 2016.

Ces actifs ont surtout pour point commun d'offrir une prime d'illiquidité. " Les investisseurs ont bien compris que pour avoir du rendement dans l'environnement actuel, il faut accepter l'illiquidité" , a indiqué Fathi Jerfel, directeur général adjoint d' Amundi à l'occasion d'un point presse. Ainsi, 38 % des investisseurs institutionnels indiquent vouloir augmenter leur allocation sur la dette privée, 44 % sur les infrastructures et 51 % sur le private equity selon Amundi.

" Notre dispositif a été bâti au cours des dernières années méthodiquement en rassemblant et en investissant dans des équipes de qualité provenant d'univers distincts. Notre force n'est pas de découvrir aujourd'hui les vertus des actifs réels mais bien de pouvoir afficher notre capacité et nos track records pour - sur la base de nos 34 milliards d'euros d'actifs déjà investis - positionner Amundi comme un acteur référent auprès de ses clients également dans l'univers des actifs réels et alternatifs " , a indiqué Pedro Antonio Arias, directeur des actifs réels et alternatifs.

Dans le détail, l'immobilier représente la plus importante expertise avec un encours de 14 milliards d'euros et occupe une centaine de collaborateurs dédiés. Cette expertise s'exerce essentiellement sur les bureaux et le commerce et se développe de plus en plus en Allemagne et au Benelux. La dette privée, développée depuis quelques temps en toute discrétion, pèse déjà 9 milliards d'euros, dont 6 milliards d'euros sur le corporate et 3 milliards d'euros sur le financement aéronautique.

Le private equity en direct, un créneau dédié actuellement aux ETI françaises en croissance, représente 1 milliard d'euros d'actifs sous gestion avec une quinzaine de collaborateurs. Le pôle infrastructure quant à lui se concentre sur la transition énergétique, avec une nouvelle société de gestion d'actifs, Amundi Transition Energétique (ATE), fruit d'une " partenariat novateur" puisqu'elle est détenue conjointement par Amundi et EDF. ATE envisage de lever 500 millions d'euros pour son premier fonds institutionnel. Enfin, la multigestion, une expertise développée depuis les années 90, pèse 10 milliards d'euros et emploie une soixantaine de collaborateurs.

Via cette nouvelle plateforme, Amundi va s'adresser tant aux investisseurs institutionnels que particuliers, soit en direct avec des solutions dédiées ou via des solutions collectives avec des fonds de co-investissement ou fonds de multigestion. La diversification de l'offre doit aussi permettre à la filiale du Crédit Agricole de faire face aux à-coups du marché. " Avoir plusieurs moteurs nous permet de mieux absorber les chocs, de mieux contrôler le sourcing et de mieux contrôler les risques" , a déclaré Eric Wohleber, directeur commercial - Actifs Réels & Alternatifs et ancien patron de BlackRock France.

De quoi permettre au groupe d'afficher l'ambition de devenir un des premiers gérants globaux alternatifs européens, capable de concurrencer les leaders anglo-saxons.

Son objectif? Doubler le montant des encours gérés sur les actifs réels et alternatifs d'ici à 2020, en d'autres termes atteindre les 70 milliards d'ici quatre ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant