Amundi prudent sur les actifs risqués, sauf exceptions

le
0
(NEWSManagers.com) - " Pour 2012, deux thématiques vont prévaloir. D'un côté, la préservation du capital, en prenant en compte non seulement le risque et le rendement, mais aussi la liquidité, de l'autre, la recherche de rendement dans un environnement de taux bas" , a expliqué mercredi Pascal Blanqué, directeur des investissements du groupe Amundi, lors de la présentation du point de stratégie de fin d'année.

Concrètement, dans la situation présente où le scénario central (65 %) est celui de l'apaisement de la crise en zone euro, les portefeuilles d' Amundi se caractérisent par une assez forte prudence. Ils sont globalement " long cash et sous pondérés en actifs risqués comme les émergents, le crédit et les actions" , résume de son côté Philippe Ithurbide, directeur de la recherche.

Bien entendu, ces propos sont à nuancer en fonction de la spécificité des produits. Ainsi, Romain Boscher, directeur des gestions actions, entend-il capter le potentiel de croissance des pays émergents au travers des entreprises fortement exposées à ces marchés, comme les valeurs du luxe.

Il s'agit aussi " d'adopter des stratégies asymétriques pour profiter des fluctuations boursières autour d'une tendance qui n'est pas forcément à la hausse" , l'idée de base étant de perdre moins pour gagner plus. Le manager, qui a au passage mentionné l'existence d'une liste noire de 40 valeurs -émergentes pour la plupart- interdites à l'achat et à la détention chez Amundi pour des considérations liées aux risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), est favorable à des stratégie de minimum variance, d'indices intelligents et de deep value. Sous-pondérés en financières, les portefeuilles font confiance aux matières premières, à l'agriculture et à l'énergie, domaines où il existe des contraintes d'offre.

Pour sa part, Eric Brard, responsable mondial des gestions taux, souligne que " la priorité consiste à mettre l'argent à l'abri, ce n'est pas la performance" . Jusqu'à présent, Amundi a allégé fortement ses portefeuilles de la dette périphérique pour se reporter sur les AAA de la zone euro ; d'autre part, le gestionnaire a diversifié ses portefeuilles en direction du crédit corporate, ce qui devrait continuera en 2012 " en cherchant des histoires spécifiques plutôt que systémiques" . Amundi reste prudent sur l'aspect directionnel et préfère le crédit qualité investissement aux obligations souveraines. Il se diversifie à l'international et s'intéresse aux convertibles. En résumé " nous n'allons pas remettre du risque très vite et très fort tout de suite" , conclut Eric Brard.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant