Amundi fait le forcing sur la dette émergente

le
0
(NEWSManagers.com) -
Pascal Blanqué, directeur général délégué d'Amundi Asset Management, a indiqué le 13 octobre que la dette émergente a été le segment sur lequel il y a eu le plus de collecte ces dix-huit derniers mois, avec la performance absolue et les fonds flexibles. Cela correspond à un phénomène structurel et stratégique, l'univers de la dette émergente offrant à la fois du rendement, une belle histoire et le potentiel d'appréciation des devises dans un contexte où se produit un rééquilibrage de l'économie mondiale entre des déficits à l'Ouest et des surplus chez les émergents.

Pour Patrick de Fraguier, directeur de la stratégie, " nous sommes sur les actions dans des marchés indécis qui font du surplace. Il faut donc savoir exploiter la volatilité et se focaliser sur la dette émergente, même si -objectivement- les actions ne sont pas chères" . Dans ce domaine, Amundi préfère les actions zone euro aux américaines. Pour l'heure, en l'attente d'un catalyseur, le gestionnaire français est investi à 47 % en actions, 47 % en obligations, 3 % en cash et 3 % en dollars.
Quant à Thomas Delabre, co-gérant du fonds Amundi Global Emergents, il insiste sur le rendement (avec notamment 600-700 points de base de portage) et le potentiel de diversification de la dette émergente, citant une projection de JP Morgan selon laquelle les flux vers les fonds de dettes émergentes pourraient s'élever à 70 milliards de dollars sur l'ensemble de cette année. Et si les fonds de pension américains venaient à augmenter leur allocation aux obligations des pays émergents, le flux pourrait être gigantesque. De plus, le risque de défaut, qui a diminué, est correctement rémunéré.

Forte collecte

Actuellement, Amundi emploie à Londres deux gérants et trois analystes pour gérer ses portefeuilles de dette émergente. L'encours direct se monte à 600 millions d'euros, dont 150 millions de souscriptions nettes depuis le début de l'année, tandis qu'il représente 300 millions en indirect comme poches dans des fonds globaux.

Les trois fonds Amundi Global Emergents et Amundi Oblig Emergents, de droit français, ainsi que Amundi Funds Emerging Market Debt (un produit coordonné de droit luxembourgeois) ont affiché une performance d'environ 20 % depuis le début de cette année. Ils sont autorisés à " shorter" les devises, mais sont uniquement " long-only" sur les obligations.
Ces trois produits de gestion très active, avec un fonds hybride dette locale/dette externe tandis que deux sont spécialistes de la dette externe, sont investis à environ 30 % en obligations d'entreprises (y compris nationalisées) comme par exemple des émissions de minières indonésiennes, des banques kazakhes ou des constructeurs de logement au Mexique.
La gamme est appelée à s'élargir et l'équipe londonienne songe notamment au lancement d'un fonds de dette locale pure.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant