AMtech day : L'intelligence artificielle dans la gestion se heurte à la régulation

le
0

(NEWSManagers.com) - " Nous vivons une révolution exceptionnelle, un changement de paradigme " , a lancé Stéphane Mallard, évangéliste digital chez Blu Age, à l'occasion d'une conférence consacrée au big data et à l'intelligence artificielle organisée lors de L'Agefi AMtech day. " Nous sommes en train de passer d'une informatique de la connaissance à une informatique de l'intelligence " , explique-t-il. " Avant, on programmait des logiciels pour qu'ils s'exécutent selon des scénarios. Depuis 2005-2007, on crée des programmes informatiques qui se rapprochent plus de ce que sont capables de faire nos cerveaux " .

Les applications sont nombreuses : automobile, télécommunications... Dans notre univers, l'intelligence artificielle commence à être utilisée en finance de marché, selon Stéphane Mallard. L'objectif est d'apprendre à la machine, comme dans un jeu vidéo, à maximiser le " pay-off " en minimisant les risques.

" Le problème est que si la machine arrive à maximiser le pay off, il est impossible d'expliquer pourquoi on a pris telle ou telle pose " , poursuit Stéphane Mallard. " Or, si une société de gestion est incapable d'expliquer, le régulateur rejette " .

En attendant, la gestion quantitative se développe et s'améliore. Mais les gérants semblent rester maîtres de leurs modèles et on est encore loin d'avoir créé la " Google Car " de la gestion d'actifs. Pierre Valentin, le président du directoire d' Ecofi Investissements, explique que ses équipes s'autorisent à " débrancher " le modèle lorsqu'un événement de type Brexit ou élections américaines qui risque de créer un nouveau régime de marché arrive. Cyrille Collet, directeur de la gestion actions et membre du comité exécutif de CPR Asset Management, confirme que le gérant quantitatif reste un pilote à part entière.

Signe des temps, Cyrille Collet remarque que le profil des gérants a beaucoup changé ces cinq dernières années. Auparavant, les gérants avaient surtout un bagage macro-économique et une formation d'analyse financière. Aujourd'hui, on voit davantage d'ingénieurs avec un bon niveau en informatique.

Enfin, l'intelligence artificielle aura aussi un impact sur le marketing et la distribution des produits, note Stéphane Mallard. " Avant, les entreprises pratiquaient le " push products " . Mais aujourd'hui, avec l'intelligence artificielle, on est dans le " pull client " . Autrement dit, le maintien de la relation et la qualité de la relation va compter " .

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant