Amsterdam vire de l'Orange au Gris en hommage à Cruyff

le
0

L'annonce de la disparition de Johan Cruyff, la star du pays et l'enfant de la ville, a encore plus assombri le ciel d'Amsterdam. Déjà touchée par le drame de Bruxelles, la ville pleure aujourd'hui la mort de celui qui a tant fait pour mettre Amsterdam et les Pays-Bas sur la carte du monde.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A AMSTERDAM

Le ciel était déjà gris sur Amsterdam en ce jeudi. Et les drapeaux en berne en hommage à la Belgique voisine. En voyageant de Paris vers les Pays-Bas, l’arrêt à Bruxelles avait forcément un goût amer. Et à la sortie du Thalys, l’annonce du décès de la plus grande étoile du football néerlandais, Johan Cruyff, a obscurci un peu plus le ciel. A la boutique du club, on installe un maillot floqué du plus célèbre numéro 14 de l’histoire du foot. Les télés sont en boucle sur la disparition de celui qui était le plus célèbre des ressortissants des Pays-Bas. Mais il faut aller au stade Olympique d’Amsterdam, tout en brique rouge, pour prendre la mesure de la tristesse. Car au-delà de la célébrité, c’est un homme qui disparaît. Dans les locaux de la fondation Johan Cruyff on ne cache pas ses larmes mais on refuse poliment de répondre aux journalistes. Seule une promesse échappe à notre hôte : « nous continuerons l’oeuvre de Johan auprès des enfants. » 

« C’est une grande perte »

A côté du stade, on retrouve un playground, « le Cruyff Court », où les valeurs de l’ancien joueur du Barça sont mises en avant. Quelques pas plus loin, l’école de management Johan Cruyff a fermé ses portes. Quant à la pelouse qui a vu briller l’Ajax de Cruyff en Coupe d’Europe, elle est interdite au public. Devant la statue de Johan Cruyff près d’une porte du stade Olympique, Dave, la trentaine, partage la tristesse des Néerlandais : « Il fait partie de notre histoire. C’est une grande perte pour le pays, le sport et le monde. C’était quelqu’un de vraiment spécial. Il est l’égal de Pelé pour nous. Il y aura beaucoup de tristesse aujourd’hui dans le monde entier. C’est incroyable. On le voit ici comme un grand joueur pour les plus anciens, mais pour la génération actuelle, c’est surtout un génial entraîneur et inspirateur. Il faisait beaucoup de belles choses pour les enfants pauvres ou en difficulté. Il voulait toujours faire quelque chose pour eux. »

Une minute de silence à la 14eme minute

Dans la superbe Amsterdam Arena, Wyste van der Woort est venu chercher des témoignages pour une télé néerlandaise. Les médias locaux, pour la plus grande partie, ont zappé la conférence de presse des Français pour mieux traiter actualité de la disparition de Cruyff : « C’est un une grande tristesse. Tout le pays se sent très triste. Je ne l’ai pas vraiment connu comme joueur ni même comme entraîneur car il arrêté il y a vingt ans. Le fait qu’il ne soit plus là est choquant. Le match contre la France va se dérouler dans une atmosphère vraiment particulière ici. D’abord, il y a eu Bruxelles. Et la mort de Johan Cruyff arrive par-dessus, mais je suis sûr que vendredi il y aura beaucoup de respect pour les victimes de Bruxelles puis pour Johan Cruyff. » Si une minute de silence était déjà prévue pour partager la douleur des voisins belges, une minute de recueillement est également attendue pendant le match à la 14eme minute. L’occasion d’apprécier l’hommage de tout un peuple, de toute une ville, pour l’enfant du pays disparu…

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant