AMR et US Airways vont pouvoir fusionner

le
0
AMR ET US AIRWAYS PEUVENT FUSIONNER
AMR ET US AIRWAYS PEUVENT FUSIONNER

WASHINGTON/NEW YORK (Reuters) - US Airways et American Airlines, ont accepté de renoncer à plusieurs dizaines de créneaux de décollage et d'atterrissage pour obtenir le feu vert des autorités à leur projet de fusion, a annoncé mardi le ministère américain de la Justice.

L'administration Obama avait engagé des poursuites judiciaires en juillet pour bloquer le projet, estimant qu'US Airways et AMR, la maison mère d'American Airlines, ne devaient pas être autorisées à former la première compagnie aérienne mondiale. En l'absence de compromis, le procès devait débuter le 25 novembre.

L'accord amiable annoncé mardi prévoit que les deux compagnies restitueront une partie des créneaux de décollage et d'atterrissage dont elles disposent sur l'aéroport Reagan de Washington et l'aéroport La Guardia de New York, entre autres.

Leurs concurrentes à bas coûts récupéreront également des créneaux à Boston, Chicago, Dallas, Los Angeles et Miami, a précisé le département de la Justice.

"Cet accord permet d'envisager une modification du paysage concurrentiel du secteur du transport aérien. En assurant une meilleure présence aux compagnies à bas coûts sur les principaux aéroports des Etats-Unis, cet accord assure aux passagers des compagnies aériennes plus de concurrence sur les liaisons directes ou en correspondance", a déclaré le ministre de la Justice, Eric Holder.

De leur côté, US Airways et AMR ont déclaré que l'accord leur permettrait de boucler leur fusion en décembre et confirmé que leur rapprochement devrait se traduire par plus d'un milliard de dollars de synergies en 2015.

A Wall Street, l'action US Airways a fini en hausse de 1,07% à 23,52 dollars après avoir fluctué dans les deux sens. Le titre AMR, coté sur la section réservée aux sociétés en dépôt de bilan, a affiché de son côté un bond de 26% en clôture.

"Ils paient le prix d'entrée", résume le consultant du secteur des transports aériens, George Hamlin. "C'était un mal nécessaire pour pouvoir boucler l'opération", a-t-il ajouté.

Diane Bartz et Soyoung Sim, Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant