Amour, sexe et pouvoir... une sélection de séries croustillantes

le
0

Chaque mardi, La Matinale livre ses séries coups de cœur, à voir ou à (re) voir.

LA LISTE DE NOS ENVIES Le premier épisode de l’ascension de la famille Médicis pendant la Renaissance, un plan à trois à voir sur Netflix, et la sixième et dernière saison de la cultissime Girls sont au menu de La Matinale de ce mardi.

Fin de parties fines : « Girls », saison 6

« J’ai les trois amies blanches les plus agaçantes du monde, et je vais en faire une série télévisée » : tel est le minuscule projet que vint présenter une jeune fille d’à peine 23 ans à HBO, la chaîne câblée la plus ambitieuse du paysage américain, en 2011. Pour tout viatique, cette vingtenaire, Lena Dunham, avait en poche un film indépendant à microbudget… qui avait enthousiasmé les responsables de HBO au cours du festival où ils le découvrirent.

Ainsi Lena Dunham en vint-elle à créer Girls, en 2012, une série qui aura fait date pour sa représentation de la sexualité et du plaisir féminins, à l’opposé de toute esthétisation, mais qui aura aussi connu nombre de contempteurs, lassés de ce petit groupe blanc censé représenter la génération Y urbaine et jugé trop nombriliste, creux et prétentieux.

Les « girls » de 2012 étant devenues dorénavant des jeunes femmes, la série commence à nous faire ses adieux en amorçant ce mois-ci sa sixième et dernière saison. A voir, ne serait-ce que parce que Girls est devenue une référence, quitte à la rejeter ou à s’en démarquer, pour nombre de jeunes créateurs et créatrices de séries aujourd’hui. Martine Delahaye

Girls, saison 6. Série créée par Lena Dunham en 2...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant