Amnistie sociale : Hollande prêt à étudier des «cas exceptionnels»

le
1
Amnistie sociale : Hollande prêt à étudier des «cas exceptionnels»
Amnistie sociale : Hollande prêt à étudier des «cas exceptionnels»

Alors que le gouvernement a dit non à la proposition de loi du Front de gauche sur l'amnistie sociale, les députés socialistes ont adopté ce jeudi le renvoi de ce texte qui divise la gauche en commission à l'Assemblée nationale. Quelques heures plus tard, lors de son grand oral devant la presse, François Hollande a rappelé son opposition aux «lois d'amnistie». Le président s'est dit néanmoins «prêt à regarder un certain nombre de situations».

«Il est exact que Jean-Luc Mélenchon était venu me présenter un certain nombre de situations que nous pourrons regarder, pas nécessairement dans une loi d'amnistie d'ailleurs», a déclaré le chef, sans plus de précision. Le coprésident du Parti de Gauche, qui a toujours défendu le projet de loi, a assisté à une partie des débats de la matinée dans les tribunes, avant d'aller participer à l'extérieur de l'Assemblée nationale à un rassemblement en faveur de l'amnistie sociale en compagnie de 3000 salariés et militants CGT, FSU et Front de Gauche. Mélenchon a alors parlé de «trahison». A ses yeux, le renvoi en commission du texte revient à l'envoyer «aux oubliettes». «On comprend que c'est uniquement pour permettre au président de la République de ne pas avoir l'air ridicule», a ajouté l'ancien candidat à l'élection présidentielle.

Hollande salue le futur travail de la commission

A propos du texte sur l'amnistie sociale, «le moins que l'on puisse dire c'est que la rédaction n'était pas parfaite», a pour sa part jugé François Hollande. «Il y avait lieu à un travail en commission, ce qu'a décidé l'Assemblée nationale», a-t-il ajouté, balayant ainsi ce qui fait figure de fronde de la part des députés PS. Le texte, voté à la fin février au Sénat, prévoyait d'amnistier certains délits commis lors de mouvements sociaux entre le 1er janvier 2007 et le 1er février 2013, passibles au maximum de cinq ans d'emprisonnement.

La CGT pointe...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JODHY le jeudi 16 mai 2013 à 18:59

    moi président......je renoncerai a intervenir ......blabla bla