Amnesty va pouvoir réintégrer ses locaux à Moscou-Conseil

le
2
    MOSCOU, 3 novembre (Reuters) - L'organisation Amnesty 
International, qui accuse la Russie de violer les droits de 
l'homme en menant une campagne de bombardements aériens 
meurtriers en Syrie, pourra réintégrer ses locaux à Moscou, dont 
elle avait été expulsée mercredi, a déclaré jeudi le Conseil 
russe des droits de l'homme. 
    Les membres de l'ONG ont découvert mercredi en arrivant sur 
leur lieu de travail que les serrures avaient été changées, que 
des scellés avaient été posés sur les portes et que 
l'électricité avait été coupée. La municipalité de Moscou, qui 
loue les locaux à Amnesty, a justifié sa décision par un retard 
dans le paiement du loyer. 
    Mikhaïl Fedotov, directeur du Conseil russe des droits de 
l'homme, qui rend compte au Kremlin, a dit à Reuters avoir 
rencontré le président Vladimir Poutine et avoir évoqué jeudi 
avec lui la question des locaux d'Amnesty. 
    "Le bail a été rétabli. Ils (les membres d'Amnesty) vont 
pouvoir regagner leurs locaux tout prochainement. Poutine en a 
été informé", a dit Fedotov, sans plus de précisions. 
 
 (Svetlana Reiter; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a un mois

    Les Russes ont bien tort de nourrir ces vipères envoyées par Washington.

  • aerosp il y a un mois

    on ne les entend pas critiquer les us et leur protégé