Amnesty International s'inquiète du sort des réfugiés syriens

le
0

16 juin (Reuters) - Amnesty International critique dans un rapport la façon dont la communauté internationale traite les réfugiés du conflit syrien et appelle à la levée des mesures leur interdisant l'accès aux pays voisins. Dans un rapport publié lundi, l'organisation de défense des droits de homme fustige l'incapacité de la communauté internationale à financer de façon suffisante les besoins humanitaires des réfugiés et les pays qui les accueillent. En raison de cette "conspiration de l'abandon", le Liban, la Jordanie et la Turquie, qui ont accueilli plus de quatre millions de Syriens depuis le début du conflit en 2011, sont désormais contraints de quasiment fermer leurs frontières, affirme Amnesty. "Les principaux pays d'accueil ont imposé des restrictions sévères à l'entrée des personnes qui fuient le conflit. Dans de nombreux cas, ces restrictions ont pratiquement mis fin à la possibilité pour les Syriens désespérés de fuir la crise en cours", a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International, lors d'une conférence de presse. Ces pays hôtes ont adopté des "mesures très inquiétantes, interdisant à des gens désespérés l'entrée sur leur territoire et repoussant les gens vers le conflit", a-t-il ajouté. Le Liban, la Jordanie et la Turquie font valoir que les réfugiés font peser une charge trop lourde sur leurs économies, dans la mesure où la communauté internationale ne participe qu'à une petite partie des frais d'accueil. Amnesty appelle les pays hôtes à assouplir les règles d'accueil, par exemple en exemptant les réfugiés de visas ou des exigences relatives à leur résidence. Moins aidés, les réfugié syriens vont sans doute continuer à tenter de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe, a ajouté Salil Shetty. La restriction drastique des entrées au Liban depuis le début de l'année s'est traduite par une forte baisse des réfugiés arrivant de Syrie au premier trimestre, une chute de 80% selon le Haut Commissariat des nations unies aux réfugiés (HCR). Le Liban accueille 1,2 million de réfugiés syriens. La Jordanie, qui accueille plus de 600.000 réfugiés, a fermé de fait sa frontière aux demandeurs d'asile venus de Syrie. (Suleiman Al-Khalidi; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant