Amnesty dénonce une augmentation de la violence contre les Roms

le
17
LA FRÉQUENCE DES VIOLENCES CONTRE LES ROMS A AUGMENTÉ, SELON AMNESTY
LA FRÉQUENCE DES VIOLENCES CONTRE LES ROMS A AUGMENTÉ, SELON AMNESTY

MARSEILLE (Reuters) - La fréquence des violences contre les Roms a nettement augmenté, notamment en France, et l'Union européenne comme ses Etats membres se sont révélés incapables de faire face à ce phénomène, affirme Amnesty International dans un rapport publié mardi.

Selon l'organisation non gouvernementale de défense des droits de l'homme, les 10 à 12 millions de Roms recensés dans l'UE vivent sous la menace quotidienne d'une expulsion forcée, du harcèlement policier et de violentes agressions racistes.

Amnesty International s'appuie dans ce document rendu public à l'occasion de la Journée internationale des Roms sur plusieurs cas recensés en Grèce, en République tchèque et en France pour dénoncer le phénomène, évoquant des attaques xénophobes dans les deux premiers pays et un harcèlement policier dans le troisième.

Selon l'ONG, la plupart des 20.000 Roms qui vivent en France sont sous la menace constante d'une expulsion souvent accompagnée d'un harcèlement policier, comme l'an dernier à Paris, Marseille, Lille, Saint-Denis ou Villeneuve d'Ascq.

"Selon les organisations de la société civile, le harcèlement policier contre les Roms migrants qui vivent dans des campements informels est monnaie courante", note le rapport, qui évoque des "dizaines de cas de harcèlement et d'intimidation de Roms par les policiers".

A Hellemmes, près de Lille, des inconnus ont lancé des cocktails Molotov en juin dernier sur plusieurs caravanes abritant des familles roms. A Paris, les Roms hésiteraient à signaler les agressions dont ils sont victimes "car ils sont souvent harcelés par des policiers".

Toujours selon Amnesty International, les représentants du gouvernement français expriment souvent des points de vue discriminatoires et des préjugés à l'encontre des Roms.

L'organisation rappelle, pour les critiquer, les propos de Manuel Valls qui, alors ministre de l'Intérieur, avait déclaré en septembre 2013 : "Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres", ajoutant qu'elles avaient "vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie".

COMPLICITÉS POLICIÈRES EN GRÈCE

En Grèce, l'ONG évoque l'inaction des policiers pour mettre un terme aux attaques contre les Roms, l'interpellation des victimes plutôt que des auteurs de crimes, la non protection des personnes "contre des attaques de groupes d'extrême droite" ou encore l'absence d'enquêtes.

"Dans de nombreux cas, les policiers eux-mêmes se rendent coupables de crimes inspirés par la haine", souligne le texte.

La police grecque a mené 1.131 opérations dans des camps roms durant les neuf premiers mois de 2013 durant lesquelles elle a contrôlé 52.431 personnes dans ce pays où vivent entre 250.000 et 350.000 Roms.

En République tchèque, c'est aussi l'extrême droite qui est pointée du doigt par Amnesty International.

"En 2013, des groupes tchèques d'extrême droite ont organisé une série de manifestations contre les Roms dans plusieurs dizaines de villes", dit-elle, mettant en exergue un "déferlement d'injures racistes et de tactiques d'intimidation".

En juin 2013, Ceske Budejovice, ville de 100.000 habitants, a été le théâtre de violences menées par un millier d'individus à l'encontre de plusieurs dizaines de familles roms et des faits similaires se seraient produits ailleurs.

"Beaucoup de Roms vivent dans la crainte de ce qui va se passer pendant l'été 2014", souligne Amnesty International.

Selon l'ONG, les communautés roms sont réinstallées à l'écart du reste de la population en France, en Grèce, en Italie et en Roumanie. La ségrégation scolaire des enfants roms se poursuit en Hongrie, en République tchèque, en Slovénie.

"Jusqu'à présent, la Commission européenne n'a pas su prendre les mesures fermes et claires contre la discrimination et la violence à l'égard des Roms dans les Etats membres", dit-elle. "Une application efficace des lois de l'UE contre la discrimination pourrait contribuer à changer la vie des Roms dans beaucoup d'Etats membres."

(Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le mardi 8 avr 2014 à 10:56

    Notre argent pour les Roms ne manque pourtant pas (car a l'état brut ils ne sont pas insérables , refusent l'école qui sert a rien etc). Tous fonds mêlés, l’Union E. a mis sur la table 26,5 milliards d’euros au titre de l’inclusion sociale, entre 2007 et 2013.Et aussi avant ces dates. Mais comme d'habitude,la gestion par des politiciens est toujours catastrophique et on se demande ou est passé notre argent

  • erem le mardi 8 avr 2014 à 10:50

    Quelle action mene Amnesty en Roumanie pour améliorer le sort des Roms dans LEUR pays ?A ma connaissance : rien de visible ....La ville de Lyon dépense des millions pour améliorer le logement des Roms en Roumanie ... pour les fixer sur place: la plus-part des Roms ne pensent qu'à revenir en France : certains font la navette depuis des années pour aller mendier - quand ce n'est pas voler dans le métro ou ailleurs ... Que fait Amnesty pour dénoncer ce mode de vie ?

  • fgino le mardi 8 avr 2014 à 10:40

    amnésie internationale !!!

  • M1961G le mardi 8 avr 2014 à 10:37

    Amnesty pourrait les accueillir au lieux de penser que les pays ne sont pas accueillant . la France à 11% de chômeurs déclarés , c'est à dire 15 % en réalité ne peut pas accueillir toute la misère du monde .

  • M8637171 le mardi 8 avr 2014 à 10:37

    Nous assistons à des gestes d'auto défense devant l'impuissance des services publics et de la justice française. je ne crois pas à du racisme mais seulement à de l'auto défense qui devient légitime. la société française est incapable financièrement et structurellement d'intégrer quelques dizaines de roms alors des dizaines de milliers ?

  • dsta le mardi 8 avr 2014 à 10:00

    une augmentation de la violence contre les Roms ??? Amnesty, prendrait -il les Français pour des cré.tins ou des demeurés? Amnesty serait bien inspiré de remettre cette phrase dans le bons sens ! Qu'Amnesty aile donc demander l'avis des Français qui habitent a proximité des camps de Roms, avant d'écrire des inepties et des contre-vérités !!!

  • lorant21 le mardi 8 avr 2014 à 09:42

    6 siècles de méchanceté gratuite contre les ROMs dans tous les pays? Et les ROMs n'y sont evidement pour rien.

  • pier4564 le mardi 8 avr 2014 à 09:40

    et la hausse de la délinquance des roms?

  • M4960905 le mardi 8 avr 2014 à 09:30

    Facile pour nos gouvernants de laisser le problème aux policiers, qui ne peuvent que faire respecter la loi, et qui sont débordés par l'ampleur du pb .C'est aux états dont ces gens du voyage sont issus de prendre leurs responsabilités.

  • M2728834 le mardi 8 avr 2014 à 09:17

    C' est normal puisqu'on dénombre de plus en plus de vols venant de camps de ROMS notamment au nord de Paris et de Montpellier où a été réalisée une prise record ( dixit gendarmerie) de drogue !