Amnesty dénonce les conditions de détention de détenus en Irak

le
0
    BAGDAD, 3 mai (Reuters) - Un millier de prisonniers, 
certains encore adolescents, sont détenus en Irak dans des 
"conditions inhumaines et dégradantes", sans aucune charge, dans 
deux entrepôts transformés en centres de détention et 
d'interrogatoire situés dans la province occidentale d'Anbar, a 
déclaré mardi Amnesty International. 
    Le secrétaire général d'Amnesty Salil Shetty s'est rendu le 
30 avril dernier dans l'un de ces centres, à Amiriyat al 
Falloudja, à l'ouest de Bagdad, où 683 hommes sont enfermés sous 
la surveillance des forces antiterroristes.  
    "Les détenus sont entassés dans un espace de moins d'un 
mètre carré chacun, en position accroupie jour et nuit, sans 
pouvoir s'étirer ou s'allonger pour dormir, et ils sont rarement 
autorisés à sortir pour prendre un peu d'air frais", a-t-il dit 
dans un communiqué.  
    "C'était vraiment choquant de voir ces centaines d'être 
humains enfermés comme des sardines dans une boîte et détenus 
dans des conditions inhumaines et dégradantes." 
    Selon des membres des forces antiterroristes interrogés par 
l'organisation de défense des droits de l'homme, plusieurs 
centaines d'autres prisonniers sont détenus dans des conditions 
similaires dans un autre centre plus à l'ouest de la capitale, à 
Habbaniya.  
    Amnesty International précise que ces hommes ont été arrêtés 
dans les zones reprises par les forces gouvernementales aux 
djihadistes de l'Etat islamique. Séparés des femmes et enfants, 
ils sont détenus et interrogés sur leurs liens éventuels avec le 
groupe radical sunnite. 
    Les membres de l'antiterrorisme expliquent cependant à l'ONG 
qu'ils manquent de ressources pour mener leurs enquêtes dans les 
temps.  
    Le ministère irakien de la Défense n'a pu être joint 
immédiatement pour commenter les déclarations d'Amnesty.  
    Le gouvernement a déjà assuré par le passé que tous les 
suspects arrêtés dans les zones reprises à l'EI recevraient un 
procès en bonne et due forme. 
 
 (Stephen Kalin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant