Amnesty accuse l'armée nigériane d'un massacre dans le Nord

le
0
    LAGOS, 22 avril (Reuters) - Amnesty International accuse 
l'armée nigériane d'avoir massacré des centaines d'hommes, de 
femmes et d'enfants appartenant à une secte musulmane chiite en 
décembre dernier dans une ville du nord du pays, ce que nient 
les militaires. 
    Dans son rapport publié vendredi, Amnesty écrit que les 
évènements se sont déroulés dans la ville de Zaria, où selon 
l'armée, des membres d'un groupuscule islamiste armé ont tenté 
d'assassiner son chef d'état-major dont le convoi était bloqué 
par les habitants. 
    Le lendemain, les militaires et ont pris d'assaut plusieurs 
bâtiments de la ville et auraient massacré plus de 350 personnes 
entre le 12 et le 14 décembre, poursuit l'organisation, dont le 
rapport contient des images satellites qui montreraient selon 
elle l'emplacement d'une fosse commune. 
    Selon un témoin cité par Amnesty, les soldats ont notamment 
incendié un clinique appartenant à la secte chiite dans lequel 
des dizaines de blessés auraient été brûlés vifs. 
    L'organisation des droits de l'homme dit avoir interrogé 92 
personnes pour établir son rapport, dont des victimes et leurs 
familles, des témoins, des avocats et du personnel médical. 
    "Il est clair que non seulement l'armée a fait un usage 
illégal et excessif de la force contre des hommes, des femmes et 
des enfants, assassinant des centaines d'entre eux, mais qu'elle 
a ensuite fait des efforts considérables pour dissimuler ses 
crimes", écrit Netsanet Belay dans le rapport. 
    La semaine dernière, Amnesty a demandé la tenue d'une 
enquête indépendante après qu'un responsable de l'Etat de Kaduna 
a déclaré à une commission d'enquête que les militaires avaient 
secrètement enterré 347 corps dans des fosses communes. 
    L'armée nigériane a dénoncé de son côté un "rapport à 
charge, précipité et biaisé". 
      
 
 (Alexis Akwagyiram; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant