Amiens : procès en appel pour les militants opposés à la Ferme des Mille Vaches

le , mis à jour à 10:26
4
Amiens : procès en appel pour les militants opposés à la Ferme des Mille Vaches
Amiens : procès en appel pour les militants opposés à la Ferme des Mille Vaches

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi matin devant le palais de justice d'Amiens (Somme) pour le procès en appel de neuf militants de la Confédération Paysanne, accusés d'avoir endommagé la ferme dite des 1.000 vaches. A 8h30, peu avant l'audience, les sympathisants se sont donnés rendez-vous comme l'automne dernier afin de manifester leur soutien mais aussi débattre de l'agriculture en France. Entre 2.000 et 4.000 personnes étaient attendues, ainsi que quelques personnalités dont José Bové, Jean-Luc Mélenchon ou Pierre Laurent.

Le procès s'est ouvert à 9H20. «On assume des actions symboliques de démontage à visage découvert. La Confédération paysanne les a revendiquées. On estime que si on veut absolument identifier des fautifs il faut juger la Confédération paysanne, après on reparlera de la liberté syndicale au pays des droits de l'Homme», a déclaré Laurent Pinatel, porte-parole du syndicat, avant d'entrer dans le palais de justice. Les avocats de la défense vont plaider une nouvelle fois la relaxe.

Lors du procès en première instance, le 28 octobre, le tribunal avait prononcé des peines allant d'une amende à des peines de prison avec sursis contre des prévenus poursuivis pour deux actions coup de poing de la Confédération paysanne sur le chantier de la ferme, à Drucat-Le Plessiel, près d'Abbeville (Somme), en septembre 2013 et mai 2014. Très déçue par la première audience, la défense compte tirer avantage de l'actualité: le directeur d'exploitation de la ferme a reconnu la semaine passée abriter près de 800 bovins, contre 500 autorisés pour l'instant (malgré le nom donné à la ferme).

«On nous demande réparation alors que, de l'autre côté, la loi est bafouée»

«C'est une situation qui est assez paradoxale: on vient vous demander réparation contre une soi-disante infraction dont on a été victime et puis on s'aperçoit que de l'autre côté, la loi est bafouée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 17 juin 2015 à 09:49

    Vieux souvenirs : dans mon enfance j'ai connu des paysans avec 5 vaches et 30 ha...Ah c'était rentable, ils se crevaient au boulot pour gagner...de quoi manger et pleine autarcie et vendre une vache par an (au black au boucher du coin le tout sans contrôles sanitaires) pour avoir quelques sous pour payer ce qu'ils ne produisaient pas. C'est de ce modèle dont vous êtes nostalgiques, écolos-bobos qui polluez la planète avec les transports aériens comme Hulot ?????

  • frk987 le mercredi 17 juin 2015 à 09:45

    Aux US, vous avez nombre de fermes dites "familiales" avec 800 vaches et 800 ha de terrain.....et ce sont des fermes de petite taille. Pauvres écolos qui vivent hors du monde......

  • lorant21 le mercredi 17 juin 2015 à 09:15

    consulter le peuple pour une ferme? rigolo..

  • roulio86 le mercredi 17 juin 2015 à 09:00

    c'est la nouvelle démocratie républicaine royaliste...il faut penser comme nos dirigeants, et jamais de consultation du peuple.......