Amiens : les meneurs courent toujours

le
0
Au total, cinq interpellations ont été menées suite à ces violences urbaines, mais seulement trois d'entre elles ont un lien direct avec les émeutes.

«Venez, ramenez des cailloux, on va tous les niquer, demain ça va être la guerre!» avait lancé un jeune de 27 ans dimanche soir lors des premières tensions dans les quartiers nord d'Amiens, avant l'embrasement général du secteur. À l'instar de quatre autres jeunes, l'auteur de ces paroles était jeudi en garde à vue, après son arrestation la veille au soir alors qu'il se rendait au commissariat de la ville.

Impliqué dans une affaire de car-jacking, il s'y était rendu pour «pointer» dans le cadre de son contrôle judiciaire et a été reconnu par un policier. Aujourd'hui mis en cause pour «provocation à l'attroupement armé», ce jeune homme est déjà connu pour «diverses affaires d'outrage, de violence et de vols aggravés», a précisé jeudi le procureur adjoint d'Amiens, Éric Boussuge.

Au total, ce sont cinq interpellations qui ont été menées suite à ces violences urbaines, mais seulement trois d'entre elles ont un lien direct avec les émeutes. Ainsi, deux a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant