Amiens : Goodyear porte plainte pour séquestration de ses cadres

le
2
Amiens : Goodyear porte plainte pour séquestration de ses cadres
Amiens : Goodyear porte plainte pour séquestration de ses cadres

La direction de Goodyear Dunlop Tires France a porté plainte ce mercredi pour «détention et séquestration» de ses deux cadres, lundi et mardi à l'usine de pneumatiques d'Amiens-Nord, a indiqué le procureur d'Amiens, Bernard Farret. Goodyear a porté plainte auprès du procureur «contre tout auteur», soit «contre X», a-t-il indiqué. Selon lui, Goodyear porte également plainte pour «dégradations» et «vols».

De son côté, «la Direction de Goodyear Dunlop Tires France (GDTF) rappelle qu'elle ne saurait accepter la mise en ?uvre d'actions mettant en danger les personnes et les biens», a expliqué la firme dans un communiqué publié ce mercredi. C'est pourquoi «elle confirme qu'une plainte a bien été déposée aujourd'hui (...) à la suite de la séquestration de deux de ses cadres et de l'occupation, toujours en cours, de l'usine d'Amiens-Nord».

Les forces de l'ordre étaient intervenues mardi, vers 15 h 30, pour libérer le directeur de production de l'usine, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines (DRH), Bernard Glesser, retenus par la CGT depuis lundi matin, 10 h 30. Les deux dirigeants libérés avaient quitté l'usine encadrés par la police, dans la cohue et sous les cris de «les voyous, c'est pas nous», scandés par les salariés.

«Il y avait beaucoup de questions sur la question des propositions de reclassement», avait relaté le directeur de production, interrogé par BFMTV, après sa sortie de l'usine. «Certaines fois, nous n'étions pas forcément très rassurés, mais pour autant, il n'y a pas eu de comportement qui a porté atteinte à notre intégrité physique», avait-il ajouté.

La CGT garde le stock de pneus

Dans la foulée de l'intervention des CRS, la CGT annonçait l'occupation des locaux. «On va négocier l'usine contre notre prime» avait annoncé le leader du syndicat, Mickaël Wamen. «S'ils veulent récupérer les pneus, cela passe par une négociation», avait renchéri Mickaël ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jy831 le jeudi 9 jan 2014 à 04:40

    que veulent ils?Infliger une amende aux gens qu ils licencient?

  • dsta le mercredi 8 jan 2014 à 20:45

    séquestration = les assises !