Amiens : à cause d'une affiche, elle se fait appeler «Mère Dodu»

le , mis à jour à 11:45
12
Amiens : à cause d'une affiche, elle se fait appeler «Mère Dodu»
Amiens : à cause d'une affiche, elle se fait appeler «Mère Dodu»

Alors que la marque Père Dodu, bien connue pour ses plats alimentaires comme les nuggets au poulet ou les escalopes Cordon Bleu, fête ses 50 ans, le fabricant a lancé depuis quelques jours une campagne de publicité nationale sur près de 9000 panneaux installés dans les agglomérations de plus de 30 000 habitants.

Ces affiches détournent des photos de groupies des années 60-70 avec comme maître-mot: «La star de la variété»... Mais depuis quelques jours, une habitante d'Amiens vit un calvaire : reconnue sur les affiches, elle est moquée par ses amis qui n'hésitent plus à la surnommer «Mère Dodu»...

«Qu’est-ce que tu fais sur l’affiche ?»

Tout est parti d’un message d’une amie sur Facebook. « Elle m’a envoyé la photo de cette affiche, en me demandant si c’était bien moi qui était dessus », explique Céline Facquez au Courrier Picard. Depuis quelques jours, cette conseillère sociale a été reconnue par tous ses proches. «Mon cousin, à qui je n’ai pas parlé de cette histoire, m’a demandé "Qu’est-ce que tu fais sur l’affiche ?"», ajoute-t-elle dans le journal en souriant: «Depuis, on m’appelle mère Dodu !» Reste qu'elle ignore d'où peut provenir cette photo. «Je suis en train de faire des recherches. J’ai fait du théâtre dans ma jeunesse, peut-être que cette photo a été prise à ce moment-là».

Selon le journal, si elle parvient à prouver que c’est bien son image qui a été utilisée, elle pourrait bien engager une action en justice. « Si c’est vraiment le cas, et que cette photo a été utilisée sans son consentement, ce n’est pas acceptable. On peut comprendre l’émoi de cette femme avec son image assimilée au Père Dodu», commente son avocat, Maître Stéphane Diboundje, dans le Courrier Picard.

De son côté, la société McCann, qui a élaboré ces affiches, affirme qu'elle a acheté les photos, et donc les droits à l’image, à la banque d’images Getty ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M169421 le lundi 4 mai 2015 à 16:50

    Et la personne qui reconnait,puisqu'on en parle tout le temps,un de ses proches lorsqu'une photo de l'holocauste est diffusée,a-t-il le droit d'attaquer un des pays impliqué dans la guerre? Au bout d'un moment, il faut arrêter avec le droit à l'image.On est en France dans le pays où la liberté a complètement disparu, et on invoque le constamment le passé.Quelle tristesse.

  • mucius le lundi 4 mai 2015 à 16:09

    "depuis quelques jours, une habitante d'Amiens vit un calvaire". mon Dieu! Quel drame! Va-t-elle en survivre! Ces journaleux français subventionnés ont un niveau déplorable. Que ne feraient-ils pas pour occuper le mental étroit des électeurs pour complaire au pouvoir et faire oublier la déche générale de ce pays.

  • KENTOF le lundi 4 mai 2015 à 16:04

    qu'est ce que cela à voir avec la bourse? bienvenue en région Nord Picardie :-)

  • M5707335 le lundi 4 mai 2015 à 13:51

    Ce n'est pas bien méchant Mère dodue, non?Faudra-t-il tout flouter même les photos d'il y a 40 ans?

  • M3811495 le lundi 4 mai 2015 à 12:41

    on s 'en fout

  • uran le lundi 4 mai 2015 à 12:38

    Et le droit à l'oubli qu'en faites vous ?

  • angel001 le lundi 4 mai 2015 à 12:35

    paparazzi ou pas, elle a raison de faire valoir son droit à l'image

  • Pierusan le lundi 4 mai 2015 à 12:23

    Non seulement la photo a près de 50 ans, mais il n'est pas à exclure, vu la banderole, qu'il s'agit d'une photo prise dans le cadre d'une campagne publicitaire initiée par Père Dodu vers 1968, ce qui signifie que les femmes apparaissant sur la photo posaient sans doute volontairement et, qui sait, ont peut être été rémunérées (?). A défaut d'être "dodu", c'est un comportement petit.

  • d.jousse le lundi 4 mai 2015 à 12:11

    Si ça ne lui fait pas plaisir, c'est peut être qu'elle a forci depuis.

  • SaasFee le lundi 4 mai 2015 à 10:54

    Tout est bon pour faire du fric. Elle tente le jackpot, on verra bien le résultat. Je parie que tous les frais sont pris en charge par l'avocat, avec partage des gains à la clé si elle gagne...