Amical - Côte d'Ivoire : Aurier échappe à une sanction avant les Bleus

le
0
Amical - Côte d'Ivoire : Aurier échappe à une sanction avant les Bleus
Amical - Côte d'Ivoire : Aurier échappe à une sanction avant les Bleus

Un porte-parole de la FIFA a annoncé vendredi que Serge Aurier ne serait pas sanctionné suite à sa célébration polémique contre le Mali début octobre avec la Côte d’Ivoire. Il sera bien disponible pour le match contre l’équipe de France à Lens le 15 novembre prochain.

Serge Aurier aurait sûrement mal vécu de ne pas pouvoir être du match amical entre la France et la Côte d’Ivoire le 15 novembre prochain à Lens, son club formateur. Mais le latéral du PSG et des Eléphants peut souffler, la FIFA a décidé de ne pas le punir. « Aucune sanction n'a été infligée par la commission de discipline », a indiqué un porte-parole de la Fédération internationale à l’Agence France Presse. Il était dans le collimateur suite à sa célébration qui avait fait polémique contre le Mali le 8 octobre dernier (3-1), en match de qualification pour la Coupe du Monde 2018 dans la zone Afrique. Sur un de ses centres, Salif Coulibaly avait marqué contre son camp le but permettant aux Ivoiriens de passer devant au score. Aurier avait alors mimé un égorgement aux tribunes du Stade de la Paix de Bouaké. Ce geste avait été comparé à un gorjaï, pratiqué par les jeunes dans les quartiers populaires de Côte d’Ivoire. Outre la rencontre face aux Bleus, Aurier sera à la disposition du sélectionneur Michel Dussuyer pour le déplacement au Maroc dans le cadre du groupe C des éliminatoires pour le Mondial 2018.

Aurier : Des polémiques, mais pas que…

C’était la énième fois qu’Aurier défrayait la chronique ces derniers mois. Il avait été impliqué dans l’affaire Periscope, réseau social sur lequel il avait insulté Laurent Blanc, son entraîneur d’alors, et des coéquipiers du PSG en février dernier. Il avait aussi été deux mois de prison ferme pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’ordre public », suite à une altercation avec des policiers à la sortie d’une boîte de nuit parisienne le 30 mai dernier. Une peine accompagnée d’une amende 600 euros pour dommages et intérêts, sans oublier 1 500 euros de frais de justice. Mais dans le même match contre le Mali, Aurier avait eu une attention décisive pour sauver la vie d’un adversaire, choqué après un duel aérien. L’ancien Toulousain était intervenu rapidement pour l’empêcher d’avaler sa langue. Un geste qui a certainement pesé dans la décision finale de la FIFA de ne pas le sanctionner. A voir aussi : >>> Et si on lâchait un peu Serge Aurier ?
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant