Amiante : un curieux tour de magie à la tour Montparnasse

le
1

INFO LE FIGARO - Une benne contenant des résidus potentiellement amiantés des placards techniques, et stockée en l’attente d’analyses, a disparu... avant de revenir quelques jours plus tard. 

Le prestidigitateur américain David Copperfield officierait-il à la tour Montparnasse en plus de son show à Las Vegas? En mai, des occupants d’un étage de la tour, inquiets de voir une entreprise de nettoyage intervenir dans les placards techniques, alertent l’inspection du travail. Ils s’inquiètent car les gaines dans la tour font l’objet de toutes les attentions depuis que l’on sait que les gaines de désenfumage contiennent de l’amiante.

Les opérations de nettoyage sont aussitôt suspendues. L’inspection du travail décide de faire mettre de côté les résidus issus de ces placards techniques pour effectuer des prélèvements et des analyses afin d’en déterminer le contenu exact. La cellule amiante de la tour et l’expert mandaté par les copropriétaires devaient se mettre d’accord pour la marche à suivre. La question évidemment est de savoir s’il y a ou non de l’amiante dans ces poussières et matériaux. Les sacs contenant les résidus sont déposés à l’intérieur d’une benne au 2e sous-sol aux alentours du 22 mai. Ils sont recouverts d’un film plastique et d’une mention de l’inspection du travail: «matériau suspecté de contenir de l’amiante. Benne consignée». La consigne est donnée à Veolia qui vient régulièrement dans la tour pour emporter des bennes de ne pas enlever celle-ci. La benne reste tranquillement dans son sous-sol jusqu’au 25 juin. Et ce jour là, abracadabra, elle disparaît. Puis le 29 juin, la benne réapparaît au 2e sous-sol. Mais le film plastique qui la recouvrait a été endommagé et, comme le dit une source de la tour, «on ne sait pas si le contenu est le même»...

Une pollution due à des travaux de maintenance

L’amiante continue d’empoisonner la vie de la tour. Le 27 avril dernier, un nouvel épisode de pollution était observé au 48e étage, où se trouvent notamment les bureaux de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf) et l’entreprise Liins, spécialisée en investissement locatif. Les mesures effectuées dans le cadre du plan de surveillance amiante avaient montré la présence de 7 fibres par litre d’air alors que le seuil limite est fixé à 5. Selon nos informations, le rapport d’Andre Jacq, l’expert ès amiante des copropriétaires de la tour Montparnasse rendu le 1er juin indique que la pollution du 48e étage était due à des interventions dans des chemins de câble (des placards qui contiennent la téléphonie, la plomberie, etc).

Depuis octobre 2013, une instruction judiciaire a été ouverte dans ce dossier pour mise en danger de la vie d’autrui et infraction à la réglementation du Code de travail relative à l’amiante.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gyere le mercredi 1 juil 2015 à 19:00

    Il serait temps de dire à tous ces benêts que l'amiante n'est dangereuse que lorsqu'on la réduit en poussière.... Ce sont ces particules d'amiante, qui respirées pénètre dans les bronchioles et provoquent des lésions irréversibles....Ma source : le docteur pneumologue Cartier qui officie à la source, dans les carrières du Canada (premier producteur mondial d'amiante)