Amiante : Martine Aubry blanchie

le
1
La cour d'appel de Paris a annulé vendredi la mise en examen pour «homicides et blessures involontaires» de Martine Aubry dans une des enquêtes sur l'amiante. L'association nationale des victimes de l'amiante (Andeva) va se pourvoir en cassation.

C'est la chronique d'une annulation annoncée. Depuis le début, Martine Aubry dit que sa mise en examen sera annulée. Elle vient d'obtenir gain de cause. Une chronique en plusieurs actes.

Premier acte. Le 6 novembre dernier, Martine Aubry est dans le bureau de la juge Bertella-Geffroy au pôle santé de Paris, rue des Italiens. Elle en ressortira mise en examen. L'ambiance est tendue et la maire de Lille, bravache, lance à la juge: «Comme tout cela se terminera sans doute par une annulation ou un non-lieu, qu'apporte-t-on aux victimes si ce n'est un espoir qui sera démenti et une désillusion qui s'ajoutera à leur souffrance?» En résumé, pourquoi me mettez-vous en examen puisque, de toutes façons, cette décision se...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 17 mai 2013 à 16:37

    Le caractère cancérogène de l’amiante est connu depuis les années 50 mais le premier décret réglementant son usage ne date que de 1977. En 2005, un rapport sénatorial avait accablé l’État pour sa «gestion défaillante» du dossier de l’amiante, jugée responsable par les autorités sanitaires de 10 à 20% des cancers du poumon et qui pourrait provoquer 100 000 décès d’ici à 2025 ?...ELLE ETAIT DONC BIEN DANS LES DATES OU ELLE SAVAIT…MAIS A LAISSE FAIRE …