Amers, les agriculteurs ont quitté la place de la Nation

le , mis à jour à 19:36
102
Amers, les agriculteurs ont quitté la place de la Nation
Amers, les agriculteurs ont quitté la place de la Nation

Sans qu'ils aient provoqué le raz-de-marée attendu, tous les regards étaient tournés vers les agriculteurs qui, venus de tout le pays ce jeudi, espéraient clore un été de détresse et de colère par un rassemblement monstre à Paris. Ils réclamaient des aides supplémentaires du gouvernement, estimant que les 600 millions promis fin juillet seront insuffisants.

Arrivant par les grands axes rayonnant vers Paris depuis 6 heures du matin, les convois de tracteurs ont rejoint le boulevard périphérique par les portes d'Auteuil, de la Chapelle, de Bercy et de Gentilly pour se réunir place de la Nation. Les tracteurs ont quitté la place à partir de 17h30, les derniers engins partant de Nation vers 19 heures.  La préfecture de police de Paris a compté 4 500 manifestants,1 580 tracteurs et 91 cars, la FNSEA, syndicat agricole organisateur de la journée parlant de plus de 1800 tracteurs.

Reçus à la mi-journée à Matignon, Xavier Beulin, président de la FNSEA, a assuré, vers 15 heures, devant les manifestants que «le gouvernement a entendu» les agriculteurs en colère, déclenchant leurs huées. Dans le même temps, Valls adressait aux agriculteurs «un message d'amour, un message fort et sincère» les assurant du «soutien de la Nation». Il leur a promis notamment 3 milliards d'aides en trois ans.

Notre question du jour : comprenez-vous les actions des agriculteurs ?

Reviez les événements de la journée avec la rédaction du Parisien.fr et les journalistes de nos éditions départementales :

19h20. Une place sans tracteur. Selon l'AFP, les derniers tracteurs ont quitté la place de la Nation peu avant 19 heures.

18h40. Beulin droit dans ses bottes. Hué par une partie des agriculteurs pendant son discours place de la Nation, le président de la FNSEA ne s'émeut pas des sifflets essuyés. «Je suis un salaud pour les industriels parce que j'exige trop, un salaud pour les éleveurs qui trouvent que ce n'est pas assez.», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 4 sept 2015 à 12:08

    j ai vu sur le devant des tracteurs qu'ils nourissaient le pays... : orange du maroc, tomate d espagne, fraise d espagne..; (moi j achète mes salades et tomates en Italie, à coté) les tomates, très belle à 0.99€ /kg prix Italien normal ...,en france en promo à 1.99 chez le clerc... ya pas ... 1 erreur ?

  • dioptaze le vendredi 4 sept 2015 à 12:03

    Je pense sincèrement que les agriculteurs doivent prendre du Bitcoin gratuit : www.cryptos-revolution.com

  • M2766070 le vendredi 4 sept 2015 à 11:59

    zeisuke, là tout le monde devrait comprendre ce qu' est réellement l UE qui dirige, mais t a des anes qui voteront toujours pour l UE... avec le spitch: votez pour nous pour modifier... bla bla: ON NE PEUT RIEN MODIFIER RIEN CHANGER A L UE !!! faut en sortir , tout les économistes le disent

  • M2475850 le vendredi 4 sept 2015 à 11:30

    Bruxelle la PAC = Prêt A Crever

  • zeisuke le vendredi 4 sept 2015 à 09:16

    Toujours pas compris que c'est Bruxelles qui décide et plus la France !!!!

  • mlemonn4 le vendredi 4 sept 2015 à 08:54

    Les syndicats français ne sont que les suppos de nos politicards; ils sont minoritaires (ils ne font pas recette), ne représenent plus personne mais restent les interlocuteurs de tous nos gouvernants; tout le monde a intérêt à ce qu'il en soit ainsi pour acheter la paix sociale et surtout faire croire à la démocratie républicaine ! Epluchez ce qui sont à la tête de nos syndicats et vous comprendrez qu'ils sont dans un jeu de rôle bien organisé; la France, tout le monde il est beau et gentil!!!

  • LERINS le jeudi 3 sept 2015 à 23:41

    Tant qu'on ne réduira pas sérieusement les dépenses publiques, que l'on conservera une réglementation et une fiscalité délirantes, le secteur privé en France mourra à petit feu à cause d'une concurrence mondiale de plus en plus dure et de l'impossibilité de dévaluer notre monnaie pour retrouver de la compétitivité étant donné l'absence de volonté politique de faire de vraies réformes.

  • europe78 le jeudi 3 sept 2015 à 23:11

    Les agriculteurs vivent la meme chose que tous ceux qui ont été mis en concurrence avec des concurrents moins chers : la faillite (chaussure, textile, automobile, jouet...) les secteurs quittant la France sont légions et les délocalisations sont encore loin d'être finies !

  • bibas1 le jeudi 3 sept 2015 à 23:08

    Cette UE et tout ce qui s'y passe me fait de plus en plus penser à ceci: ---http://www.dailymotion.com/video/xx87cb_le-president-jean-gabin_news--- Ça va être dur de retrouver nos valeurs, mais je ne me fais pas de soucis; les Français sauront faire le moment venu.

  • rakiri le jeudi 3 sept 2015 à 22:34

    Xavier Beulin, leader du 1er syndicat agricole depuis 2010, est céréalier dans la Beauce et président d'un grand groupe industriel, Avril (7 milliards d'euros de chiffre d'affaires), numéro un des huiles en France, qui détient notamment les marques Lesieur, Puget ou Matines (oeufs). Il est aussi Administrateur de Crédit Agricole S.A, nomination effectuée "par arrêté conjoint des ministres en charge de l'Economie et de l'Agriculture", vrais paysans vous vous faites avoir !!