Amère fin de partie pour Laurent Gbagbo

le
0
REPORTAGE - L'ex-président a été capturé par les combattants d'Alassane Ouattara, puis transféré à l'hôtel du Golf. L'envoyé spécial du Figaro raconte

De notre correspondant à Abidjan

Laurent Gbagbo est assis sur un petit canapé. Il garde un visage étonnamment calme, digne. «S'il vous plaît. Pas maintenant, je n'ai rien à dire.» Seule la voix du président désormais déchu trahit sa fatigue et la grande peur des dernières heures. L'ex-chef d'État est sonné, à terre. Autour de lui, les cinq soldats des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) qui assurent sa garde demeurent silencieux. Ils semblent bizarrement intimidés. La petite chambre de l'Hôtel du Golf où Laurent Gbagbo est retenu prisonnier semble étrangement étroite. En face, son épouse, Simone, cache ses yeux tuméfiés entre ses mains, ne laissant plus apparaître qu'une coiffure emmêlée. Sa robe est déchirée. Sa peau est rougie par les coups donnés par la petite foule d'opposants déchaînés. À l'extérieur, un homme brandit une mèche de cheveux en criant: «C'est la tresse de Simone!»

Brutale et inattendue

La chute et l'arrestation de Laurent G

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant