Amedy Coulibaly avait contracté un crédit de 6 000 euros

le
3
Amedy Coulibaly avait contracté un crédit de 6 000 euros quelques jours avant de passer à l'acte.
Amedy Coulibaly avait contracté un crédit de 6 000 euros quelques jours avant de passer à l'acte.

Le 4 décembre 2014, Amedy Coulibaly a contracté un prêt de 6 000 euros auprès de l'organisme de crédit Cofidis, selon La Voix du Nord, qui s'est procuré la fiche de prêt. La lecture de ce document révèle que le terroriste était employé par Naxos, une entreprise située à Noisy-le-Grand (Seint-Saint-Denis). Au moment de l'emprunt, Coulibaly déclare un salaire mensuel de 2 924 euros net et indique travailler pour cette société depuis mai 2007. Comme seule dépense fixe, il atteste payer un loyer de 580 euros par mois. Un appartement qu'il occupe depuis janvier 2003.

Pour toucher plus rapidement les fonds, Amedy Coulibaly aurait déclenché une option pour recevoir les fonds dès le huitième jour. Ce qui a pour effet immédiat de réduire son droit de rétraction (normalement fixé à 14 jours). Le futur tueur de l'épicerie cascher a également souscrit une assurance décès. La première mensualité de remboursement, fixée à 138 euros, lui a été prélevée lundi 5 janvier, atteste La Voix du Nord. Au total, ce prêt, une fois les intérêts ajoutés, lui aurait coûté 8 316 euros. Contacté par le journaliste de La Voix du Nord, Gilles Sauret, directeur général de Cofidis France, indique qu'"il s'agit d'un crédit de "moyenne gamme" et que l'entreprise n'est pas contrainte de demander une justification de l'objet des dépenses. Reste que dans une vidéo posthume, postée après les attentats, Amedy Coulibaly se vantait d'avoir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 14 jan 2015 à 14:08

    Le gros malin !

  • dlombert le mercredi 14 jan 2015 à 12:13

    C'était un crédit revolver !

  • M7097610 le mercredi 14 jan 2015 à 11:42

    c'est bien du délire de journaliste ! On va maintenant demander aux emprunteurs s'ils sont terroristes comme la petite fiche remplie lorsqu'on arrive aux Etats Unis ! Une banque n'a pas à faire le job des policiers !