Ambiance des grands jours au Sénat pour l'élection de Bel

le
0
Le Palais du Luxembourg a connu samedi une effervescence sans précédent pour l'élection du sénateur PS de l'Ariège, Jean-Pierre Bel, à la présidence du Sénat.

Une après-midi radieuse pour les uns, pesante pour les autres. Même les anciens sénateurs de gauche ont tenu à venir pour vivre en direct l'événement, l'élection d'un socialiste à la tête du Sénat. Les larmes aux yeux, Hélène Luc (PC), sénatrice honoraire, confiait : «C'est le fruit d'une bataille acharnée menée par les élus territoriaux». L'ancien ministre de la Défense, Alain Richard, élu sénateur PS du Val d'Oise, a fait visiter l'immense salle des conférences à l'épaisse moquette rouge à son fils.

La salle des conférences était noire de monde, on jouait des coudes dans les tribunes de presse. Jean-Vincent Placé (Verts), qui avait laissé planer la possibilité de se présenter au nom des écologistes, parlait du «président Bel» avant même le dépouillement du premier tour. Signe que les écologistes ont obtenu gain de cause pour la création d'une commission de l'écologie et du développement durable. Jean-Noël Guérini, le sulfureux sénateur de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant