Ambiance assagie à la Playboy Mansion, en quête d'un nouveau souffle

le
0
Ambiance assagie à la Playboy Mansion, en quête d'un nouveau souffle
Ambiance assagie à la Playboy Mansion, en quête d'un nouveau souffle

C'est la demeure de toutes les légendes sulfureuses, de John Lennon brûlant une toile de Matisse avec sa cigarette à Elvis Presley folâtrant avec des mannequins, mais la Playboy Mansion s'est aujourd'hui nettement assagie.Oubliée la lingerie. Les femmes traversant sa pelouse sont désormais des attachées de presse en tailleurs chics et les perroquets et splendides paons sont les seuls à batifoler sur l'immense terrain de la propriété de Beverly Hills.Longtemps symbole des excès d'Hollywood, la nouvelle ambiance plus rangée de la demeure aux airs gothiques avec ses 12 chambres fait écho à la nouvelle direction donnée au magazine mensuel, qui a abandonné en mars les poses nues les plus explicites pour des photos de ses célèbres "playmates" moins suggestives... et plus à même de lui ouvrir les portes des réseaux sociaux et de leurs millions d'abonnés.Hugh Hefner avait lancé Playboy en 1953 pour défendre le libre choix et la liberté sexuelle, expliquait le magazine lors de l'annonce choc à l'automne de son virage vers une ligne plus prude. "Cette bataille a été menée et gagnée", affirmait Scott Flanders, directeur général de Playboy Entreprises.A l'heure de l'accès facile à la pornographie en ligne, le magazine au lapin (le célèbre "bunny") avait déjà décidé d'assagir dès 2014 son site et son application mobile afin de pouvoir être repris sur les réseaux sociaux.Nommée "Playmate de l'année", Eugena Washington, Californienne de 31 ans, est la première à poser pour la nouvelle ère: la sculpturale mannequin noire a bien été photographiée nue dans l'édition de juin, mais son corps est partiellement occulté par des poses habiles. La même mannequin avait posé pour le numéro de décembre, lorsque la nudité intégrale était encore à l'ordre du jour."C'est un grand pas dans la bonne direction", confie-t-elle à l'AFP. "Le fait est que nous allons devenir beaucoup plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant