Amazon, Yahoo, Google: la France en guerre contre les géants américains

le
0
Amazon, Yahoo, Google: la France en guerre contre les géants américains
Amazon, Yahoo, Google: la France en guerre contre les géants américains

Amazon, Yahoo, Google... Fer de lance de la défense de l'"exception culturelle" dans une Europe désunie, la France et son gouvernement socialiste ont trouvé ces derniers mois un fil conducteur pour tenter de mettre au pas les plus grands opérateurs américains d'Internet.La puissance de l'Etat contre la cupidité du capital, la régulation contre la main invisible du marché, la volonté politique contre la règle d'airain de l'offre et de la demande : la ministre française de la Culture Aurélie Filippetti est en ce début de semaine la protagoniste d'un énième épisode de cet éternel feuilleton en lançant haut et fort que "tout le monde en a assez d'Amazon".La ministre, bientôt âgée de 40 ans, produit emblématique de la culture française et de la méritocratie républicaine - elle est diplômée d'une "grande école", l'Ecole normale supérieure -, a dénoncé lundi le "dumping" du site américain de vente de livres en ligne, dans un pays où une loi d'août 1981 sur le prix unique du livre est un monument sacré.Aurélie Filippetti a attaqué Amazon le jour où elle annonçait à Bordeaux (sud-ouest) un plan de soutien "sans précédent" aux librairies indépendantes, dont le chiffre d'affaires a reculé de 8% en 10 ans. En jeu : 2.500 à 3.000 petites librairies de quartier, auxquelles les Français qui lisent encore sont tellement attachés et qui représentent 13.000 emplois.Comme toujours en France, la ministre a agité contre le géant américain les armes de la loi et du règlement en le menaçant d'une mesure purement administrative (fin d'un cumul des fraits de port gratuit avec une réduction de 5% sur les livres).Mais pour Paris, le combat n'est pas une guerre solitaire. Dans une Europe qui se cherche, ses saillies visent au-delà du marché national à préserver une identité francophone et culturelle qui dépasse ses frontières. Pour sortir la culture du champ des négociations du futur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant