Amazon se tourne vers la domotique, étoffe ses services de R&D

le
0

par Deepa Seetharaman et Noel Randewich SAN FRANCISCO, 24 septembre (Reuters) - Le géant américain du commerce en ligne Amazon AMZN.O prévoit d'étoffer au cours des cinq prochaines années les effectifs de ses discrets laboratoires de recherches dédiés aux produits électroniques dans la Silicon Valley, où sont expérimentés des appareils connectés "intelligents" pour la maison. Ces projets, détaillés dans un document publié sur le site internet du gouverneur de Californie et par des sources proches du dossier, illustrent la volonté du directeur général Jeff Bezos de miser gros sur le "hardware". Et ce malgré l'accueil pour le moins timide réservé au smartphone Fire d'Amazon et les critiques de certains investisseurs contre les dépenses jugées dispendieuses pour des projets très expérimentaux. Amazon prévoit d'augmenter de 27% les effectifs californiens de sa division Lab126, qui comptait près de 3.000 employés sur l'exercice fiscal 2013. Le Lab126, qui a mis au point les appareils d'électronique grand public comme le Kindle, devrait voir ses effectifs à temps plein portés à au moins 3.757 personnes d'ici 2019, selon un accord conclu en juin avec l'Etat de Californie et qui prévoit 1,2 million de dollars d'allègements fiscaux pour Amazon. Le groupe investira 55 millions de dollars (43 millions d'euros) dans les activités du Lab126 à Sunnyvale et Cupertino, indique l'accord publié sur le site internet du gouverneur de Californie. Ces investissements surviennent au moment où le laboratoire Lab126 teste des appareils de domotique, ouvrant un nouveau front dans la concurrence avec Google GOOGL.O et Apple AAPL.O , ont récemment déclaré deux personnes familières des activités du Lab126. Ces deux sources ont demandé à conserver l'anonymat dans la mesure où elles ne sont pas autorisées à s'exprimer publiquement sur le sujet. COMMANDER DE LA LESSIVE EN APPUYANT SUR UN BOUTON Les groupes technologiques estiment que les équipements ménagers comme les lave-vaisselle connectés, les thermostats et autres appareils pouvant communiquer entre eux, alimenteront la demande à l'avenir. Leurs contempteurs estiment eux que la plupart de ces appareils sont hors budget pour la majorité des consommateurs et que leur généralisation pourrait prendre des années. Amazon expérimente notamment un appareil wifi pouvant par exemple être placé dans la cuisine ou dans un placard et qui permettrait de commander des produits comme de la lessive aussi simplement qu'en appuyant sur un bouton, a expliqué une source. Les deux sources ont cependant souligné que de tels appareils pourraient ne jamais voir le jour. Ces détails offrent un éclairage très rare sur cette division d'Amazon, notoirement extrêmement discret sur les activités et les effectifs de ses laboratoires de recherche et de développement. Dans un communiqué, Amazon a déclaré que le Lab126 avançait "à une vitesse incroyable" et évoqué les appareils lancés par le groupe en 2014, dont le smartphone Fire, le décodeur Fire et plusieurs tablettes et liseuses. "Nous allons continuer à inventer et créer de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux produits et services et de soutenir l'innovation. Le Lab 126 grandit aussi très rapidement", a déclaré une porte-parole d'Amazon, Kinley Pearsall. OBJECTIF: SE RENDRE INDISPENSABLE Qu'Amazon commercialise ou pas de la domotique et des dispositifs mobiles connectés, ces expérimentations illustrent les grandes ambitions de son fondateur. Le Lab126 est progressivement devenu une clé de voûte de la stratégie d'Amazon consistant à utiliser les appareils pour se rendre indispensable à ses plus de 240 millions utilisateurs actifs. Jeff Bezos s'implique beaucoup dans le développement des projets de la division, depuis ses débuts en 2007 avec la première liseuse Kindle jusqu'au téléphone Fire commercialisé fin juillet. Face aux critiques et à des ventes modestes, ce dernier a vu son prix baisser considérablement moins de deux mois après son lancement. L'appareil est désormais vendu 99 cents avec un abonnement de deux ans chez l'opérateur AT&T. En Bourse, l'action Amazon a perdu près de 20% depuis le début de l'année. D'autant que le groupe n'est pas le seul géant des technologies en quête d'une place de choix chez les particuliers. Google a racheté en janvier le fabricant de thermostats intelligents Nest Labs pour 3,2 milliards de dollars. En juin, Apple présentait ses projets pour HomeKit, sa propre solution pour la domotique. Equiper les foyers de tels appareils serait potentiellement beaucoup plus lucratif que se contenter de vendre des gadgets comme des lampes à ampoule LED sans fil ou des systèmes électroniques contrôlant la porte de garage par réseau wifi. Au travers des expériences menées par le Lab126 se dessine la maison du futur selon Amazon: des foyers truffés de capteurs connectés à internet capables de prévenir leurs occupants quand il est temps de changer le filtre de l'air conditionné ou de faire réviser une machine à laver, a expliqué une des sources. (Mathilde Gardin pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant